Un policier porte plainte pour escroquerie contre un entrepreneur

Avec le soutien de
Le policier a porté plainte chez ses confères de Vallée-Pitot, lundi 14 septembre.

Le policier a porté plainte chez ses confères de Vallée-Pitot, lundi 14 septembre.

Les forces de l’ordre ne sont pas à l’abri des arnaqueurs. Un policier de 23 ans a eu l’amère expérience de se faire escroquer de Rs 44 000 par un individu qui devait effectuer des travaux en aluminium dans sa nouvelle maison dans la capitale. En fin d’après-midi du lundi 14 septembre, il a porté plainte à ce sujet au poste de police de Vallée-Pitot contre l’entrepreneur de 50 ans habitant la région.

Dans sa plainte, le jeune policier affecté à un des postes de la Metropolitan Police de la division Sud, a expliqué avoir pris contact avec cet homme en mai. Il était convenu que, pour la somme de Rs 65 000, l’entrepreneur fasse sept fenêtres, deux portes et plusieurs impostes.

Le 19 mai, il dit lui avoir remis Rs 20 000 comme avance. Ainsi, le 2 juin, l'entrepreneur était venu placer deux fenêtres et une porte à l’étage de la maison en construction. Devant cette initiative, le jeune policier qui ne se doutait à aucun moment qu’il allait être victime d’arnaque, devait lui remettre une autre somme de Rs 24 000.

Depuis cette date, il n’a pas eu des nouvelles de l'homme. Plusieurs tentatives pour le joindre au téléphone ont été sans succès.

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x