Défaite de Dulthumun: un affront pour le MSM

Avec le soutien de
Somduth Dulthumun (au c.), le visage déconfit, aux côtés de Bushan Ghoorbin (à g.), le nouveau président de l’association.

Somduth Dulthumun (au c.), le visage déconfit, aux côtés de Bushan Ghoorbin (à g.), le nouveau président de l’association.

Ils ont voulu lui renvoyer l’ascenseur. Ces parlementaires du Mouvement socialiste militant (MSM), dont des ministres, qui pensent avoir été élus aux dernières élections générales à la suite de la campagne de Somduth Dulthumun par rapport au «katori» dont avait parlé Navin Ramgoolam, ont tout donné pour faire élire leur poulain aux élections de la Mauritius Sanatan Dharma Temples Federation (MSDTF). Mais au final, ils ont subi un affront. Somduth Dulthumun a été battu pas un candidat novice en la personne de Bushan Ghoorbin, un ancien policier reconverti en homme d’affaires.

Et pourtant, ces parlementaires du MSM, dont des ministres élus dans les circonscriptions du Nord et de l’Est, ont animé des réunions en compagnie des candidats du groupe Dulthumun pendant ces trois dernières semaines. Mais les électeurs, qui sont des délégués des temples, ont préféré donner une raclée aux candidats pro-MSM. Seuls cinq d’entre eux sur un total de 17 ont été élus.

Deux des ministres, en l’occurrence Sudheer Maudhoo et Vikram Hurdoyal, ont démenti avoir soutenu Dulthumun, mais nos informations peuvent prouver qu’ils étaient bien présents dans une résidence appartenant à un parlementaire, le dimanche 26 août sur la côte est, et cela en compagnie de Dulthumun. Il y avait au moins deux autres ministres, un secrétaire parlementaire privé et un député.

Cette réunion a eu lieu peu après un rassemblement au Crimson Hall, à Belvédère, où étaient présents des candidats du groupe Dulthumun. Ces parlementaires mettaient en place une stratégie pour la campagne pro-Dulthumun et, pendant toute la semaine dernière, ils ont été actifs sur le terrain.

«Lavage de cerveaux»

Si le Premier ministre n’a pas été impliqué directement dans ces élections, son bureau a été quand même utilisé pour des rencontres avec son conseiller en matière de culture et de religion, Deerpal Rampursad. Deux réunions ont eu lieu au bureau du Premier ministre, soit le 1er et le 9 juillet. Il y a eu des tentatives de la part du conseiller pour regrouper les équipes de Dulthumun et Ghoorbin en une seule. Cela, pour barrer la route aux deux autres équipes, jugées proches du Parti travailliste (PTr). Il fut ainsi décidé que Dulthumun allait assurer la présidence de la fédération, ce que le groupe Ghoorbin n’a pas accepté. Il y a eu un lavage de cerveaux lors de la deuxième réunion, si bien que le président élu dimanche avait même envisagé de se retirer de la course.

Lors d’une réunion à Rose-Belle, le même jour, il avait annoncé à ceux présents qu’il subissait beaucoup de pressions. Mais il a été encouragé par son équipe composée de plusieurs jeunes. Et quand le 14 juillet, jour du Nomination Day, l’équipe de Ghoorbin a décidé de s’aligner dans la course. Le camp de Dulthumun a paniqué. Cependant, avec le soutien des ministres et parlementaires du MSM, il était confiant dans la victoire… Si bien que dimanche matin, il a déclaré au photographe de l’express : «Bon, ou met samem foto-la dan zournal démin. Momem ki pé gagné.»

Hier, quand nous l’avons interrogé, Somduth Dulthumun a démenti avoir reçu le soutien des parlementaires du MSM. «Si zot ti donn mwa koudmin, sé enn baté kondiré ki mo adverser ti pou gagné!» De son côté, Bushan Ghoorbin a réitéré son appel à tous ceux qui voudraient donner un coup de main pour la gestion de la fédération. Il a aussi déclaré que même s’il invite le Premier ministre à une cérémonie, il s’assurera qu’on ne parlera que de religion ou de culture et non de politique.

Que dire de la lourde défaite de Rajenrah Ramdhean? Ce dernier, qui avait bénéficié du soutien du PTr en 2017, a été «lâché» par les Rouges. Anil Bachoo, qui menait campagne en faveur de Ramdhean en 2017, avait déclaré après la scission survenue à la direction de la fédération au début de l’année qu’il n’allait pas se mêler de ces élections car «s’ils se bagarrent entre eux, cela ne vaut pas la peine de les soutenir».

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x