Quarantaine: la famille de Roupesh Hematlal à l’hôtel Ambre, lui a l’hôtel Veranda…

Avec le soutien de

On se demandait ce qu’il était advenu de lui après qu’il a été libéré sous caution, hier, lundi 29 juin. Finalement, on apprend que le milliardaire Roupesh Hematlal, qui s’était enfui de l’hôtel Ambre pour aller rejoindre sa femme et ses enfants, passera le reste de son temps d’isolement à l’hôtel Veranda, à Grand-Baie, également converti en centre de quarantaine.  Alors que sa famille est en quarantaine à l’hôtel Ambre, pour faciliter le «contact tracing», dit-on. 

L’homme d’affaires indien, né à Madagascar, qui détient également la nationalité mauricienne, a été testé négatif au Covid-19 jusqu’ici. Il a dû payer une caution de Rs 75 000 et signé une reconnaissance de dettes de Rs 300 000.  

Il s’agit de la première personne à être accusée de «breach of Quarantine Act», depuis que celle-ci est en place, dans le sillage du Covid-19.

Roupesh Hematlal avait quitté l’hôtel Ambre dans la soirée du 21 juin alors qu’il était en quarantaine, après un séjour à Madagascar. Il a trompé la vigilance du personnel affecté à cet établissement hôtelier converti en centre de quarantaine, pour aller rejoindre son épouse et ses enfants dans un hôtel voisin autour d’un «dîner gastronomique». Il avait alors été arrêté et placé sous surveillance au centre de détention de Vacoas.

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x