Révocation d’Ivan Collendavelloo: pluie de réactions

Avec le soutien de
Martin Kok Jensen – le Danois limogé par BWSC – entouré d’Ivan Collendavelloo et de Seety Naidoo lors de l’inauguration des nouvelles turbines de St-Louis, le 20 mars 2018.

Martin Kok Jensen – le Danois limogé par BWSC – entouré d’Ivan Collendavelloo et de Seety Naidoo lors de l’inauguration des nouvelles turbines de St-Louis, le 20 mars 2018.

Ils sont ravis de la révocation d'Ivan Collendavelloo dans le sillage de l'affaire Saint-Louis. Cependant, les membres de l'opposition et anciens députés qui ont pris leurs distances de la majorité demandent à ce que l'affaire ne s'arrête pas là et qu'une commission d'enquête soit initiée.

Alain How Thyn Voon: «Le Premier ministre aurait dû dévoiler les noms des intermédiaires impliqués»

Ni le Premier ministre ni Ivan Collendavelloo n’ont voulu dévoiler les noms des intermédiaires mentionnés dans le document de la Banque Africaine de Développement (BAD). Mais  Alain How Thyn Voon, un des directeurs de PAD CO, sous-contracteur sur le projet de la centrale de Saint-Louis et dont le nom a été cité depuis le début de l’éclatement de l’affaire, estime que Pravind Jugnauth aurait dû rendre les noms des intermédiaires publiques. «Là, le doute plane sur tous les intermédiaires et sous-contracteurs qui ont été impliqués dans le projet» dit il. 

Alain How Thyn Voon rajoute que sa compagnie n’a jamais rien donné et dans la foulée, précise qu’il n’a jamais rencontré Ivan Collendavelloo ou Paul Bérenger.

Les membres du ML gardent le silence

Zahid Nazurally et Ismael Rawoo n’ont pas répondu à nos appels. Toolsyaj Benydin a promis une réaction après la conférence de presse de son leader.

Quant à Quant à Eddy Boissézon, ancien élu du ML et vice-président de la République, il se dit contraint par le poste qu’il occupe de garder le silence. «D’ailleurs, j’ignore les raisons de cette révocation» a-t-il dit. Et compte-t-il démissionner de Réduit suite au départ de son leader ? «Il est trop tôt pour me prononcer là-dessus.»

Patrick Assirvaden: «Le dénouement logique de cette affaire»

Pour Patrick Assirvaden, la révocation d’Ivan Collendavelloo ne doit pas être la fin du scandale Saint-Louis. «Cette révocation confirme qu’il y a eu maldonne et il est désormais nécessaire d’avoir une commission d’enquête pour savoir toute la vérité». Dans la foulée, il rappelle que le PTr est désormais plus fort car il a été établi où se situe la corruption.

Paul Bérenger: «Ivan Collendavelloo a dit n’importe quoi»

Le leader du MMM est catégorique. Pour lui, tous les membres de l’opposition avaient été expulsés de l’Assemblée avant le discours d’Ivan Collendavelloo la semaine dernière et le deputy Prime minister avait été applaudi par la majorité. «Aujourd’hui, il a été révoqué. Li kler seki cela vé dir.»

Bashir Jahangeer: «Il ne faut pas qu’Ivan Collendavelloo soit le fusible…»

L’ex-député orange avait abordé cette question depuis le temps où il siégeait au sein de la majorité gouvernementale. «Je suis heureux de ce dénouement. Depuis 2015, je n’arrête pas de poser des questions. Mais je connais Pravind Jugnauth et je savais qu’il prendrait la décision qui s’impose avec le temps. Cependant, j’espère que la révocation d’Ivan Collandavelloo n’est pas le fusible qu’on fait sauter pour maintenir tout le système en place car pour moi, l’affaire St Louis n’est que le sommet de l’iceberg» a déclaré Bashir Jahangeer.

Reza Uteem: «Il faut identifier les autres responsables»

«Nous avions demandé la révocation d’Ivan Collendavelloo et de Seety Naidoo depuis longtemps» rappelle Reza Uteem. Cette demande était survenue peu après les révélations de la Banque africaine de développement le 8 juin dernier. Dans la foulée, il demande aussi l’institution d’une commission d’enquête.

«La semaine dernière, Ivan Collendavelloo est venu faire un discours à l'Assemblée Nationale pour jeter le blâme sur le MMM et le Ptr. Le gouvernement a applaudi. Aujourd'hui le Premier ministre vient révoquer le n°2 du gouvernement. Pravind Jugnauth doit venir expliquer quelles informations il détient car toute la population doit être tenue informée. C'est pour cela que nous redemandons une commission d’enquête.»

Shakeel Mohamed: «Le Premier ministre n’avait plus le choix»

«C’était inévitable. The writing was on the wall» a fait savoir Shakeel Mohamed. Selon lui, Ivan Collendavelloo a résisté avec le soutien de la majorité. Mais avec la pression exercée par l’opposition, la société civile et la presse, le Premier ministre n’avait plus le choix. «Plus que jamais, il faut une commission d’enquête sur toute cette affaire» rajoute le député travailliste. 

{{title}}

{{#if summary}}

{{summary}}

{{/if}} {{#if image}}
{{image.alt}}
{{/if}} {{{body}}}

Le communiqué de la Banque Africaine de Développement le 8 juin dernier a eu l’effet d’une bombe. L’instance rapporte qu’après une enquête, il a été établi que la firme danoise Burmeister & Wain Scandinavian Contractor a graissé la patte à des membres de l’administration mauricienne  à travers des tiers pour avoir accès à des documents confidentiels en amont de la soumission d'une offre. Depuis, il y a eu d’autres révélations et des révocations...

D'autres articles »
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x