Boolell sur le tram: «Comment une entreprise qui n’a jamais donné de certificat de sécurité a-t-elle pu le faire en 23 jours?»

Avec le soutien de
Conférence de presse du PTR sur le tram ce lundi 24 février.

Conférence de presse du PTR sur le tram ce lundi 24 février.  

Il faut mettre l’opération du tram en suspens. Le temps de mener un audit sur la sécurité entourant ce nouveau mode de transport. C’est en substance le message du leader de l’opposition, Arvin Boolell, lors d’un point de presse durant la pause au Parlement ce lundi 24 février. Il est également revenu sur le certificat de sécurité octroyé par Metro Transit Solutions en 23 jours.

Déjà, en décembre, Arvin Boolell s’était élevé contre cette manière de faire. Il avait demandé que les raisons derrière la résiliation du contrat de la firme initiale qui devait octroyer ce certificat soient révélées publiquement. «Comment une firme qui n’a jamais donné de certificat de sécurité a pu le faire en 23 jours ?» demande Arvin Boolell. 

À la base, c’est Ital Certifer qui devait délivrer ce certificat. Or, son contrat a été résilié en novembre. «Ital Certifer aurait fait un travail en profondeur», insiste Arvin Boolell. Dans le camp de l’opposition, l’on soutient ainsi que ce contrat a été résilié car la firme voulait davantage de temps avant d’octroyer cette certification alors que le gouvernement voulait, lui, lancer le tram en décembre.  

Ce qu’avait démenti Alan Ganoo en décembre dernier. La firme italienne n’a pas respecté ses engagements, avait-il soutenu. Tandis que des sources proches du dossier soutenaient que les Italiens réclamaient plus d’argent.

«Il y a nombre de jonctions. Il n’y a pas de synchronisation avec certains feux de signalisation. Il faut analyser la situation», fait ressortir Arvin Boolell. Ce qui lui fait dire qu’il faut mettre l’opération du tram en suspens. 

Il ajoute que le gouvernement «inn trouv tou exkiz pou provok depar ital certifer». Il soutient que Metro Transit Solutions n’a jamais soumis de rapport sur les «high risk areas». «Metro Transit Solutions n’est qu’un consultant. Il n’a aucune compétence pour délivrer un tel certificat. Des ingénieurs d’ici et d’ailleurs ont été choqués. En 23 jours, ce permis a été octroyé sans validation.»

Pour le leader de l’opposition, il faut prendre le temps de mener cet audit sur la sécurité. D’autant que le CEO de Metro Express, lui-même a indiqué que «Belle-Rose – Quatre-Bornes dispose de voies étroites». «Au nom de la transparence, il faut mettre sur pied un comité technique sur la sécurité. Le gouvernement fait fi de la sécurité.»    

Selon lui, les habitants de Belle-Rose, de Quatre-Bornes et de Curepipe sont inquiets. «Pa finn ena effective dialogue.»  Pour lui, il faut stopper les travaux et analyser les problèmes qui risquent de surgir.

Arvin Boolell a aussi évoqué la question de pilotis. «Bachoo avait dit que le tram serait sur pilotis de Vandermeersch à Barkly. J’espère que le gouvernement ne va pas dissimuler les plans originaux.» 

Voici ce qu’avait dit Arvin Boolell sur sa page Facebook le 18 décembre dernier.

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période de confinement, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x