Banque Centrale: Exit pour le gouverneur et le SDG Punchoo ?

Avec le soutien de
Renganaden Padayachy, Yandraduth Googoolye et Vickram Punchoo, au cours d’une rencontre avec la presse en février 2019.

Renganaden Padayachy, Yandraduth Googoolye et Vickram Punchoo, au cours d’une rencontre avec la presse en février 2019.

D’importants changements sont en cours au niveau de la direction de la Banque de Maurice. L’actuel modèle de leadership est en train d’être revu. Dans cette optique, il se pourrait que le gouvernement réclame le départ du gouverneur Yandraduth Googoolye et celui du Second Deputy Governor (SDG), Vickram Punchoo.

Ce qui ferait alors trois sièges vacants dans le Top Management de la Banque centrale, étant donné que le First Deputy Governor, Renganaden Padayachy, aujourd’hui ministre des Finances, avait démissionné avant les dernières législatives. MM. Googoolye et Punchoo auraient déjà été notifiés de la décision gouvernementale, mais seraient en train de négocier les conditions de leur départ. L’express a essayé en vain d’entrer en contact avec eux hier.

L’objectif de changer la direction de la Banque centrale serait de moderniser les structures afin de générer plus d’efficience et de profits, surtout eu égard à la gestion des réserves. À la suite de certains conflits avec le management, les deux spécialistes de ces fonds avaient choisi de claquer la porte de la BOM l’an dernier. Ce qui a eu un impact sur les résultats, comme l’indiquent les deux derniers rapports annuels de la Banque centrale.

Depuis qu’il est affecté aux Finances, plusieurs noms avaient été cités pour remplacer Renganaden Padayachy. La promotion du SDG Vickram Punchoo avait même été envisagée à un certain moment. Mais l’Hôtel du gouvernement a finalement décidé d’opter pour une rupture avec l’ancien système.

Un double départ à la tête de la BoM ressemblerait à l’épisode de 1998 quand Navin Ramgoolam avait indiqué la sortie au tandem Maraye-Gujadhur. Tous les autres gouverneurs sont partis à l’expiration de leur contrat, sauf Rundheersing Bheenick.

Les chiffres contenus dans le dernier rapport annuel de la Banque centrale, qui sont loin d’être satisfaisants, auraient motivé le gouvernement à prendre le taureau par les cornes à la BOM Tower. Le passage de Padayachy au sein de l’institution a permis de mieux cerner les rôles des uns et des autres, d’où ce besoin de renouveau pour amorcer un nouveau départ.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés