Méteo: cyclones, d’autres surprises arrivent

Avec le soutien de
Les deux tempêtes tropicales modérées s’éloignent en effet rapidement de notre région.

Les deux tempêtes tropicales modérées s’éloignent en effet rapidement de notre région.

Diane et Esami sont déjà choses du passé. Les deux tempêtes tropicales modérées s’éloignent en effet rapidement de notre région. Et en ce dimanche, après plusieurs jours de mauvais temps, le soleil devrait faire de timides apparitions, caché derrière des nuages gorgés de pluie, surtout dans les hauts et au sud du pays. Et puis, dans les jours à venir, la météo devrait nous réserver quelques «surprises»

Mais revenons-en à notre journée d’aujourd’hui. Malgré les percées du soleil, se rendre à la plage n’est pas une bonne idée. «La mer est démontée. Il est fortement déconseillé de s’y aventurer», prévient-on du côté de la station météo de Vacoas. Les nuages seront également de la partie jusqu’à mercredi, jour où ils devraient alors voguer vers le large…

Une petite accalmie plus tard, et dès le début de la semaine prochaine, soit vers le 3 février, les conditions seront propices à la formation de basses pressions, voire de tempêtes tropicales dans la région. D’ailleurs, les prévisions numériques jusqu’à cette date, faites par au moins deux agences météorologiques, indiquent la naissance de deux zones de basse pression d’ici le week-end prochain. L’une du côté d’Agalega, qui pourrait se transformer en perturbation tropicale au début de la semaine et l’autre dans au sud-est de Diego Garcia. Toutefois, même s’il est trop tôt pour déterminer si elles s’intensifieront rapidement, le risque qu’il y ait un cyclone d’ici le 8 février existe alors que le mauvais temps pourrait gâcher vos plans dès dimanche prochain...

Un autre site météorologique, qui lui, émet des prévisions sur 14 jours, abonde pratiquement dans le même sens. Il annonce également de la pluie et des orages à partir du 2 février pour Maurice. D’ailleurs, si l’on se fie aux statistiques, les mois de janvier et de février sont les plus propices aux formations cycloniques. Beaucoup se souviendront du cyclone Hollanda, qui avait ravagé Maurice le 10 février 1994 ou encore de Gamede, qui avait fait deux morts le 24 février 2007, même si le cyclone était passé à 240 km au nord de l’île.

Pour en revenir à Diane, qui a bien failli «gat makaroni» hier, un prévisionniste explique que les conditions atmosphériques en haute altitude n’étaient favorables à une intensification. Raison pour laquelle elle n’a pas pu dépasser le stade de tempête tropicale modérée.

De plus, un vent fort venant de l’ouest de l’océan Indien est responsable du mouvement rapide de Diane, qui s’est déplacée à environ 26 km/h vendredi soir pour s’éloigner de Maurice. D’habitude, un cyclone se déplace entre 10 à 15 km/h. Toutefois, ce n’est pas la première fois qu’une tempête se déplace aussi vite. En février 2014, la forte tempête tropicale Edilson était passée à 120 km à l’est-sud-est de Maurice alors que le pays était en alerte III. En mars 2006, la tempête tropicale modérée Diwa se déplaçait à 22 km/h.

Au cas où vous vous demandiez pourquoi Diane s’en est allée aussi vite qu’elle est venue…

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x