Prison Break: les mineurs racontent leur cinéma

Avec le soutien de
Un mineur malmenant un policier au centre de détention de Petite-Rivière, dimanche 12 janvier.

Un mineur malmenant un policier au centre de détention de Petite-Rivière, dimanche 12 janvier.

Les cinq mineurs qui se sont évadés du Juvenile Youth Centre sis au poste de police de  Petite-Rivière ont participé à une reconstitution des faits en ce mercredi 15 janvier. Le présumé cerveau, un ado de 17 ans habitant Baie-du-Tombeau a raconté qu’il a fait diversion dimanche en demandant la permission d’aller aux toilettes.  Il aurait ensuite bondi sur le policier qui montait la garde et a tenté de l'étrangler
 
Son compagnon de cellule également âgé de 17 ans et habitant Baie-du-Cap est venu lui prêter main-forte. Les deux ont alors agressé l’agent avant de l’enfermer.  Ils ont ensuite ouvert une autre cellule pour que d’autres mineurs puissent s’enfuir en passant par la salle d’interrogatoire située sur au premier étage du poste de police. 

Les adolescents ont ensuite été conduits sur le trajet qu’ils ont emprunté après la fuite.  Ils ont expliqué avoir suivi les rails du métro qui leur ont servi de guide pour se rendre à Barkly.  Ils avaient ensuite prévu de cambrioler une bijouterie pour avoir un peu d’argent.  Mais la police qui s’est lancée à leurs trousses et les a repérés à Barlky, a déjoué leurs plans.  
 
L’enquête est placée sous la supervision du surintendant de Police Bansoodeb. 

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période de confinement, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x