Entrée en service des «feeder buses» pour le métro : les chauffeurs de taxi déroutés

Avec le soutien de
Capture d’ecran de la Google Map mise en ligne par Metro Express Ltd pour les lignes des «feeder buses».

  Capture d’ecran de la Google Map mise en ligne par Metro Express Ltd pour les lignes des «feeder buses».  

Avec l’entrée en opération des «feeder buses», ce vendredi 10 janvier, à 5 h 30, les chauffeurs de taxi de Rose-Hill disent craindre le pire. Surtout que jusqu’à début mars, voyager dans ces bus sera gratuit. Par contre, les chauffeurs de taxi marrons restent confiants que leur clientèle répondra présente.

D’ailleurs, Metro Express Ltd a envoyé hier soir un communiqué pour expliquer que 30 autobus deserviront 14 lignes, chaque 30 mn. Celles-ci sont disponibles en ligne, sur Google Map, au lien suivant :  http://bit.ly/FeederBus. Le service de feeder buses sera gratuit jusqu’au 29 fevrier. Le metro, lui, est devenu payant aujourd’hui.

À quelques mètres du centre commercial Hassamal, à Rose-Hill, plusieurs chauffeurs de taxi sont en mode attente. Ils crient à la cantonade «Plaisance, Flat, Stanley» et les gens s’engouffrent dans leur véhicule. Raj, chauffeur de taxi depuis plus d’une dizaine d’années, est révolté contre les autorités.

«Aux heures de pointe, vous voyez des vans arriver et agir comme des taxis marrons. Et cela, devant les policiers présents. Il y a même plusieurs voitures qui portent la plaque de taxi jaune et qui sont en fait de faux taxis sans permis.» À présent, avec l’entrée en service des «feeder buses», le taximan brosse un tableau noir de la situation à venir. «Je ne comprends pas comment l’État peut nous priver de notre gagne-pain. Les gens vont opter pour le transport gratuit mais que va-t-il nous arriver ?» se demande-t-il.

Avenir incertain

Tout comme lui, ses collègues n’envisagent pas un avenir serein. «Nous prenons Rs 23 pour venir sur la place, ici. Maintenant, l’on apprend qu’avec l’introduction des ‘feeder buses’, les passagers n’auront qu’à débourser Rs 15. Ce sera une grande perte pour nous.» En plus de ces bus, c’est surtout la présence des opérateurs illégaux qui les gênent. «On a déposé plusieurs plaintes à la National Transport Authority ou même à la police, mais aucune sanction n’a été prise.» Ces chauffeurs envisagent d’aller vers une grève si une solution n’est pas trouvée pour eux, avec l’introduction des «feeder buses», censés desservir les stations de métro.

Par contre, les chauffeurs illégaux sont sereins. Pour eux, la clientèle restera fidèle malgré l’introduction de ces bus. «Je ne vois pas mes clients attendre pendant 10 minutes avant d’avoir un autobus qui va s’arrêter un peu partout. Avec nous, ils savent qu’ils viendront directement à destination», soutient l’un de ces taximen «marron».

L’ancien ministre du Transport intérieur, Nando Bodha, a déjà déclaré que le gouvernement a créé un fonds de Rs 100 millions pour la subvention de ces bus électriques.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires