Pollution: la police de l’Environnement traque les dépotoirs à ciel ouvert

Avec le soutien de
Des déchets sont entassés sur des terrains en friche ou dans les coins de rue.

Des déchets sont entassés sur des terrains en friche ou dans les coins de rue.

Nouvelle bataille pour la police de l’Environnement. Elle a déclaré la guerre aux dépotoirs illégaux qui prennent vie un peu partout dans le pays. Terrains en friche, coins de rue ou même en plein centres-villes, tous les endroits sont bons pour entasser les déchets. Sollicité, un responsable de cette unité des forces de l’ordre explique que ce fléau contribue non seulement à la dégradation de l’environnement mais augmente également les risques d’incendie.

«Nous recevons énormément de plaintes émanant de toutes les régions de l’île», fait ressortir le responsable. Les détritus varient, allant de la saleté à des déchets électroniques. Ceux-ci sont abandonnés dans la nature. Il ajoute que plusieurs inspections se font régulièrement à travers le pays et une équipe reste en «standby», pour agir. Des dépotoirs illégaux ont été identifiés à Petit-Raffray, à Bras d’Eau et à Poste-La-Fayette, entre autres.

Bien que personne n’ait encore été arrêté pour ce délit, la police de l’Environnement ne compte pas baisser les bras. Des pistes sont à l’étude, d’autant plus que la majorité de Mauriciens pollueurs détient un véhicule capable de transporter des déchets. Certains en font un business et proposent leurs services à des citoyens souhaitant se débarrasser de leurs ordures, contre paiement. Selon la loi, tout individu qui jette des ordures en pleine nature peut être puni d’une amende n’excédant pas Rs 1 000.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires