Impression des bulletins: «Mo zis kapav riyé» dit Pravind Jugnauth

Avec le soutien de
Selon Pravind Jugnauth, chaque citoyen a de devoir de vérifier s’il est enregistré.

Selon Pravind Jugnauth, chaque citoyen a de devoir de vérifier s’il est enregistré.

Interrogé sur la pétition électorale de Navin Ramgoolam lors de sa conférence de presse ce vendredi 29 novembre, Pravind Jugnauth a presque refusé de répondre. Pour rappel, dans sa pétition électorale déposée hier devant la juge Véronique Kwok, Navin Ramgoolam a affirmé que les bulletins n’ont pas été imprimés par l’imprimerie du gouvernement, mais par Quad Printers, dirigé par un proche du MSM.

La question lui a été adressée à deux reprises. A chaque fois, Pravind Jugnauth a évidé d’affirmer ou démentir. «Mo zis kapav riyé. Riyé mam. Samem mo répons» a dit le Premier ministre. Il n’en dira pas plus.

Profitant de l’occasion, il a vertement critiqué les contestataires des résultats électoraux. «Demander un recount ou déposer des pétitions, c’est leur droit. Mé vin tir désepsyon ek atak enn institisyon kinn fer fierté nou péi…cé ban mové perdan» a-t-il dit. Dans la foulée, il a fait savoir que ceux qui n’avaient pas voté la réforme électorale paient les conséquences aujourd’hui. «Zot koné ki kantité zot ti pou bénéfisié zordi.»

Quant aux critiques sur la compilation du registre électoral, le chef du gouvernement renvoie la balle aux électeurs eux-même. Selon Pravind Jugnauth, chaque citoyen a de devoir de vérifier s’il est enregistré. «Momem mone vérifié pou mmo fami ek zenfan» a précisé le Premier ministre.

Ramgoolam: «Les bulletins pas imprimés par l’imprimerie du gouvernement»

L’ancien PM a fait une demande de «recounting» au no 10 dans la nuit du 8 au 9 novembre, en vain. Il a dû quitter les lieux sous forte escorte policière.

Révélation de Navin Ramgoolam: il affirme avoir obtenu des «first hand information» que les bulletins de vote n’ont pas été imprimés par l’imprimerie du gouvernement. Dans sa pétition électorale contestant les élections du 7 novembre, le leader de l’Alliance Nationale soutient que cette tâche a été confiée à l’imprimerie Quad Printing, située à Coromandel. Ce qui, pour Navin Ramgoolam, «casts a cloud of corruption and deviousness on the electoral process as there is a real likelihood that stuffing would have occurred nationwide including constituency n°10».

Il réclame ainsi l’invalidation de l’élection dans la circonscription Montagne-Blanche–Grande-Rivière-Sud-Est. Le leader de l’Alliance Nationale invite la Cour suprême à déclarer l’élection des trois candidats de l’Alliance Morisien dans cette circonscription nulle et non avenue (Vikram Hurdoyal, Zahid Nazurally et Sunil Bholah) en raison des irrégularités et d’«undue influence». Et il demande que l’exercice ait lieu à nouveau.

Si la cour n’accède pas à cette requête, il souhaiterait alors qu’un nouveau décompte des voix soit effectué. Ceci, dans le but d’assurer que la volonté de l’électorat ne soit pas frustrée à cause des irrégularités et autres fautes.

Il demande également que la Cour suprême ordonne la production et l’inspection des bulletins de vote rejetés. Mais aussi que le Returning Officer du n°10, Me Naghee Reddy Kritananda, qui avait la garde de toutes les enveloppes scellées produise tous ces bulletins de vote devant la Master and Registrar de la Cour suprême.

La pétition électorale de Navin Ramgoolam se décline en plusieurs volets. Toute une partie est dédiée à l’utilisation abusive qui a été faite par la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC) lors de la campagne électorale. Le but, dit-il, était d’influencer les électeurs pour qu’ils votent pour les candidats de l’Alliance Morisien.

Un autre volet de la pétition porte sur la compilation du registre des électeurs. Selon la commission électorale, 6 800 électeurs n’ont pu voter car ils n’étaient pas inscrits. «Mais les chiffres n’ont pas été fournis quant au nombre de personnes n’ayant pu voter dans chaque circonscription, notamment au n°10.» Il remet en cause la manière dont le recensement a été effectué et soutient qu’il était du devoir de la commission électorale de veiller que les bonnes personnes aient été choisies pour accomplir cette tâche.

Parmi plusieurs autres arguments avancés, l’on relève le fait que le Returning Officer n’a pas accédé à sa demande pour un nouveau décompte des voix ce jour-là. Ou encore le fait que le dépouillement ait démarré avec un sérieux retard pour se terminer aux alentours de 3 heures du matin.

Navin Ramgoolam souligne aussi qu’avant que le décompte des voix ne démarre, ses agents avaient noté que les scellés apposés par le PTr sur deux urnes avaient été brisés. «The Petitioner avers that there is ground to suspect that these two ballot boxes and envelopes had been tampered with.» D’autant que, pour Navin Ramgoolam, à plusieurs reprises lors du Polling Day, les bulletins de vote n’ont pas été surveillés comme il se doit. Ce qui lui fait dire que ces élections sont «far from being free and fair».

Navin Ramgoolam a retenu les services de Me Gavin Glover, Senior Counsel, Me Robin Ramburn, Senior Counsel, et Me Raju Sewraj, Senior Attorney.

Un proche du MSM derrière quad printers

Les locaux de Quad Printers à Coromandel, dont le CEO est Sanjiv Mulloo (ci-contre).

Cette pétition est une «absurdité». C’est en ces termes que Sanjiv Mulloo, Chief Executive Officer (CEO) de Quad Printers Ltd à Coromandel, qualifie les arguments avancés par Navin Ramgoolam dans sa pétition électorale pour contester l’élection au n°10 déposée hier. Ce dernier a notamment soutenu que des bulletins de vote n’avaient pas été imprimés par l’imprimerie du gouvernement. Selon les «first hand information» qu’il dit avoir obtenues, le leader de l’Alliance Nationale soutient que cette tâche a été confiée à Quad Printers.

Sanjiv Mulloo n’est pas un inconnu sur la scène politique. Lors des élections générales de 2010, il s’était présenté comme candidat à la circonscription n°14 (Savanne–Rivière-Noire) sous la bannière de l’Alliance PTr-PMSD-MSM. Il s’est retrouvé en quatrième position avec 21 630 voix. Le CEO de Quad Printers est aussi le président de la National Productivity and Competitiveness Council depuis octobre 2015. Sans compter qu’il est celui qui a eu l’idée de faire une biographie sur sir Anerood Jugnauth (SAJ). Et c’est son père, Anand Mulloo, qui l’a fait aboutir. Un article de l’express du 28 mars 2016 relate que SAJ avait affirmé que c’est lors d’une visite à la State House en août 2009 (SAJ était alors président) que l’idée a vu le jour. Les invités étant Anand Mulloo et son fils. C’est ce dernier qui avait suggéré à son père d’écrire un livre sur SAJ. «Anand était surpris», avait dit Anerood Jugnauth.

Sollicité par rapport à cette pétition électorale, Sanjiv Mulloo a expliqué qu’il fera une déclaration un peu plus tard. D’affirmer qu’il ne peut pas se prononcer pour le moment, n’ayant pas pris connaissance de la pétition.

Quad Printers, qui existe depuis 30 ans, propose divers services tels l’impression et le marquage. Sanjiv Mulloo y exerce en tant que CEO depuis novembre 1987.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires