Partielle au n°7: même le Parti Malin ne s’y intéresse pas…

Avec le soutien de
Dhanraj Aubeeluck a fait savoir qu’il a des soucis de santé.

Dhanraj Aubeeluck a fait savoir qu’il a des soucis de santé.

Les candidats ne se bousculeront pas pour s’enregistrer lors du Nomination Day du 17 août pour l’élection partielle à la circonscription n°7 Piton/Rivière-du-Rempart. Même le leader du Parti Malin, Dhanraj Aubeeluck, très présent à chaque joute, sera probablement absent à Rivière-du-Rempart. Jusqu’à preuve du contraire, il n’y aura que le candidat du MSM et celui de Parti travailliste qui seront présents samedi prochain au bureau d’enregistrement pour la partielle prévue le 13 novembre… Et quelques candidats indépendants, si l’envie leur prend…

En attendant, du côté du parti soleil, le médecin Yasheel Aukhojee est le favori de son parti pour cette course. Originaire de D’Épinay, il s’intéresse beaucoup à la politique. Du côté du Parti travailliste, personne ne semble vraiment intéressé par la tenue de cette partielle. Le parti est même contre. Cependant, il alignera tout de même un candidat pour la «forme» et pour «barrer la route» au candidat du MSM. Pour rappel, s’il y a un seul prétendant pour cette élection à la fermeture du bureau de l’enregistrement des candidats, celui-ci sera élu d’office.

Chez les rouges, une novice pourrait faire son baptême de feu en politique. Il s’agit d’Anjanee Bolakee-Bhowan, une pédagogue habitant Rivière-du-Rempart qui est également directrice du collège Universal. L’ancien candidat de la circonscription lors des dernières élections, Raj Pentiah, ou encore Satish Faugoo pourrait également être de la partie. «Nous aurons une réunion au cours de la semaine pour décider qui sera le représentant du PTr à cette partielle», déclare Patrick Assirvaden, président des rouges.

Les deux autres partis politiques traditionnels présents au Parlement ne participeront pas à la joute, si joute il y a. Lors de sa conférence de presse hier, le leader du MMM, Paul Bérenger, a affirmé que ce sera un gaspillage d’argent si le gouvernement maintient cette partielle. «La population et même les activistes du MSM, n’accepteront pas de dépenser des millions alors qu’à mon avis, les élections générales sont pour bientôt. Je pense même que ce sera pour le mois de novembre…»

Pratiquement même son de cloche du côté du PMSD. «Tenir une partielle, c’est une blague. C’est une insulte à la population. Je ne pense pas qu’il y aura une partielle», affirme Xavier-Luc Duval. Les verts Fraternels de Sylvio Michel n’aligneront pas non plus de représentant.

Du côté des partis de gauche, Jack Bizlall, du Muvman 1er-Mai, est ravi que le gouvernement respecte la loi en déclenchant les procédures comme le veut la Constitution, mais ne croit pas que celui-ci ira jusqu’au bout. «Nous irons vers les élections générales, mais la famille Jugnauth est une dynastie. Tout comme le père, le fils ira voir un religieux pour décider de la date de ces élections. C’est inacceptable que ce soit un religieux qui dicte cela.» Alors que pour Rezistans ek Alternativ, cette partielle n’est qu’un subterfuge, un prétexte pour le gouvernement qui souhaite lancer sa campagne électorale en vue des élections générales, soutient Kugan Parapen.

Partielle ou pas, le leader haut en couleur du parti Malin manquera à l’île Moriste. Pour des raisons de santé, il est peu probable qu’il s’enregistre comme candidat, même pour les législatives. «Depi ki zot inn met enn bom dan mo lakaz ki ti brilé, mo ena problem respiratwar…» Dhanraj Aubeeluck ajoute : «Pa sir pou eleksion zeneral zot pou trouv mwa…»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires