Conseil des ministres: interdiction d’importer des caricatures ?

Avec le soutien de
«La Nymphe Callisto, séduite par Jupiter sous les traits de Diane», de François Boucher, passera-t-elle la douane ou sera-t-elle considérée comme «a painting which causes outrage against good morals» ?

«La Nymphe Callisto, séduite par Jupiter sous les traits de Diane», de François Boucher, passera-t-elle la douane ou sera-t-elle considérée comme «a painting which causes outrage against good morals» ?

C’est la question qu’on peut se poser après la décision du Conseil des ministres, hier, jeudi 18 juillet. Les produits qui pourraient constituer un outrage à l’encontre de n’importe quelle religion, bonnes mœurs ou moralité tant publique que religieuse sont désormais frappés d’interdiction à l’importation.

Seront interdits, en anglais dans le texte, “any goods, including any paintings, picture or design on the goods which cause outrage against any religion, or against good morals or against public and religious morality”.

Les Consumer Protection (Control of Imports) Regulations 2017 seront amendées pour y ajouter ces produits.

Donc, vu la manière dont certains se sentent offensés dans leur religion à la moindre caricature, on ne peut que supposer que ces œuvres tomberont dans cette escarcelle.

Quant à savoir ce qui cause outrage aux bonnes mœurs, c’est très subjectif. Est-ce que cela dépendra du douanier ? Une peinture de nu, classique de cet art, sera-t-elle considérée comme un outrage aux bonnes mœurs ? Si ce n’est pas de la régression dans la liberté de penser, d’admirer, d’avoir ses goûts et ses choix, ça y ressemble. Bref, on revient à l’époque où c’est l’Etat qui juge pour vous…

Autre question, qu’est-ce qui a bien pu entraîner cette décision du cabinet d’hier, si anachronique ?

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires