Dagotiere: Bindya Gowry transforme le polyéthylène

Avec le soutien de
Les oeuvres de Bindya sont appréciées par les Mauriciens comme les touristes.

Les oeuvres de Bindya sont appréciées par les Mauriciens comme les touristes.

Bindya Gowry, 36 ans, femme au foyer et habitante de Dagotière, consacre aujourd’hui son temps libre à découper du polyéthylène et a le peindre pour réaliser des tableaux en relief.

Après ses études secondaires, Bindya Gowry se lance d’abord dans la peinture sur tissu. «Comme j’avais étudié l’art au niveau de la Form V, j’en ai profité pour suivre des cours», raconte-t-elle. Ainsi, en 1998, elle a suivi des cours auprès de la National Handicraft Promotion Agency (NHPA). «J’aime toucher à des choses différentes, des choses peu communes.» 

Elle explique qu’au début, elle découpait des formes d’animaux dans du polyéthylène et les colorait. Avec un large sourire, elle se souvient d’une expo-vente à ses débuts en raison du succès rencontré. «Les animaux découpés à partir du polyéthylène et peints se sont vendus comme des petits pains à Rs 30 l’unité. C’est mon stand qui a épuisé tous ses produits en premier.»

Les oeuvres de Bindya sont appréciées par les Mauriciens comme les touristes.

Elle précise qu’elle avait personnalisé les objets en y inscrivant des pensées. Aujourd’hui, Bindya Gowry raffine ses ouvrages et marie le polyéthylène à d’autres produits recyclés. Dans un de ses tableaux en relief, le marlin a été découpé à partir de polyéthylène et placé dans un paysage bleu azur peint. Bindya rêve d’avoir sa propre boutique. Elle cherche un local dans un endroit très fréquenté par les touristes. En attendant, elle donne libre cours à son esprit créatif. Il ne se passe un jour sans qu’elle ne dessine de nouveaux croquis sur lesquels elle travaillera. 

Elle dit aussi sa fierté d’avoir terminé un cours en Fine Arts auprès du Mahatma Gandhi Institute. «C’est toujours difficile de vivre de son art», confie-t-elle. «Quand on produit en masse, il y a toujours des risques que l’on vous vole votre idée.» Bindya Gowry a le soutien de son époux, Sachin, un employé de la NHPA. Après les heures de travail, celui-ci la rejoint et l’aide à fabriquer des encadrements de tableaux ou d’autres structures en bois.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires