Javed Meetoo retourne à la case cellule

Avec le soutien de
Javed Meetoo à sa sortie à l’arrière du tribunal de Port-Louis, ce vendredi 7 juin, toujours menotté.

Javed Meetoo à sa sortie à l’arrière du tribunal de Port-Louis, ce vendredi 7 juin, toujours menotté.

Les débats sur la première motion de Javed Meetoo réclamant sa liberté conditionnelle se sont déroulés dans une ambiance bon enfant. Présents en salle dans la cour de district de Port-Louis, les proches du suspect sont venus en marque de solidarité mais aucune foule hostile ne s’est manifestée, en ce vendredi 7 juin.

Me Michel Ah Sen, assisté de Me Abdool Rahim Tajoodeen du bureau du Directeur des poursuites publiques (DPP) a appelé un témoin de la police. Ce dernier a dressé une chronologie des évènements menant à l'arrestation de Javed Meetoo. Le ruling sera rendu mardi 11 juin. En attendant, Javed Meetoo repart en cellule policière.

Le policier a évoqué quatre raisons pour objecter à la remise en liberté du suspect : il peut interférer avec des témoins, manipuler des preuves tout en se débarrassant des sabres et armes qui seraient en sa possession. La police est aussi d'avis qu'il doit rester en cellule afin de préserver l'ordre public et parce qu’il risque de récidiver.

Cette comparution fait suite aux incidents de Chitrakoot, Vallée-des-Prêtres, mardi soir. L’enquête de la Criminal Investigation Division (CID) de la Metropolitan Police de la division nord a abouti hier à l’arrestation de Javed Meetoo. Menottes aux poignets, le suspect a été conduit en cour où une accusation provisoire de damaging property by band et illegal assembly a été retenue contre lui. La police ayant objecté à sa remise en liberté conditionnelle, Javed Meetoo a passé la nuit en cellule policière au centre de détention d’Alcatraz aux Casernes centrales.

Habitants de Chitrakoot traumatisés

L’affaire, qui a traumatisé des habitants de Chitrakoot, a éclaté mardi vers 22 heures sur la route Royale. Un défilé d’une vingtaine de véhicules venant de Ste-Croix roulait vers l’école du gouvernement de Chitrakroot, klaxonnant et brandissant des drapeaux de Daech. Des participants à ce rallye illégal se sont arrêtés et sont entrés dans une cour pour saccager deux poubelles et trois briques. Le propriétaire a porté plainte et communiqué à la police le numéro de la plaque minéralogique d’un des véhicules.

Avec ces informations et après avoir visionné des caméras de surveillance, les enquêteurs de la CID ont appréhendé le prédicateur Javed Meetoo pour l’interroger under warning au bureau de Roche-Bois. Il a expliqué dans sa déposition que ce rallye était purement religieux et que les poubelles et briques obstruaient la route.

Comparution le 13 juin

Vers 14 heures hier, Javed Meetoo a été traduit au tribunal de Port-Louis. Il était représenté par Me Raouf Gulbul. Sa prochaine comparution est fixée au 13 juin. Toutefois une motion de Me Gulbul pour sa remise en liberté sous caution a été débattue ce matin. Le prévenu a quitté le tribunal sous forte escorte de la Special Supporting Unit.

Javed Meetoo n’en n’est pas à sa première interpellation. On se souvient de la manifestation anti-LGBT, il y a un an, presque jour pour jour. Pour la manifestation anti-gay de l’année d’avant, il avait écopé d’un avertissement du Directeur des poursuites publiques.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires