Vishnu Lutchmeenaraidoo démissionne en tant que ministre et député

Avec le soutien de
Vishnu Lutchmeenaraidoo est en mode réflexion.

Vishnu Lutchmeenaraidoo est en mode réflexion.

Coup de théâtre sur la scène politique, ce jeudi 21 mars. A 15h45, Vishnu Lutchmeenaraidoo annonce qu’il claque la porte du gouvernement. Il a remis sa mettre de démission en tant que ministre des Affaires étrangères au président de la République. Il a aussi démissionné comme député de la circonscription nº 7.

Mais déjà depuis quelques jours, son mécontentement se faisait sentir. Surtout depuis sa déclaration sur la croissance : «Depuis dix ans déjà, avec 3 % de croissance, on s’en flatte. Moi, j’ai honte», a-t-il notamment déclaré le 14 mars dernier. Retour sur cette journée.

Démission de Lutchmeenaraidoo : du miracle à la honte

«Il était de bonne humeur et a même fait des blagues.» C’est ce qu’on confie au ministère des Affaires étrangères au sujet de Vishnu Lutchmeenaraidoo. Ce dernier a remis, jeudi 21 mars après-midi, sa lettre de démission en tant que ministre des Affaires étrangères et député de la circonscription n°7. Chronologie de cette journée qui chamboule la scène politique, faisant entrer Nando Bodha à ce portefeuille et partir la conseillère Shakuntala Jugmohun.

 
 

 

Démission de Lutchmeenaraidoo: des élections au plus tard à la mi-janvier ?

La population sera appelée aux urnes d’ici quelques mois.

Nouvelle donne au sein du gouvernement. Après la démission de Vishnu Lutchmeenaraidoo comme député de la circonscription n°7, Piton–Rivière-du-Rempart, hier jeudi 21 mars, le Premier ministre, Pravind Jugnauth, qui rentre au pays ce dimanche, aura à changer de stratégie. Si la dissolution automatique du Parlement est prévue pour le 21 décembre, avec cette nouvelle donne, le chef du gouvernement aura à le faire au plus tard à la mi-août. S’il ne veut pas organiser une partielle pour remplacer le démissionnaire… 

Lire la suite de l'article : Démission de Lutchmeenaraidoo: des élections au plus tard à la mi-janvier ?

Vishnu Lutchmeenaraidoo n’est plus invité…

Il était invité à la cérémonie de remise des clés aux bénéficiaires du Full Concrete Housing Scheme à Petit-Raffray demain. Mais n’étant plus membre du gouvernement, Vishnu Lutchmeenaraidoo ne s’y rendra pas car il était invité en sa capacité de ministre. 

Cette cérémonie, organisée par le ministère de l’Intégration sociale, verra la présence de plusieurs autres membres du gouvernement comme SAJ, Ashit Gungah, Soodesh Callichurn, Sharvanand Ramkaun, Ravi Rutnah, Sudesh Rughoobur, Sangeet Fowdar, Sanjeev Teeluckdharry entre autres.

Roshi Bhadain: «Cette démission a enlevé une carte maitresse au Premier ministre»

La démission de Vishnu Lutchmeenaraidoo vient confirmer que le bilan de Pravind Jugnauth a été catastrophique sur le plan économique. C’est l’avis exprimé par le leader du Reform Party. «J’avais raison de dire que nous n’allions pas dépasser les 4% de croissance» a déclaré Roshi Bhadain. Pour lui, «Pravind Jugnauth se retrouve seul avec son chihuahua». En ce qui concerne les élections, l’ancien ministre a fait savoir que cette démission a enlevé une carte maitresse au Premier ministre.

Les derniers instants de Vishnu Luitchmeenaraidoo dans son bureau

Après avoir remis sa lettre de démission au président de la République par intérim, Vishnu Lutchmeenaraidoo s'est rendu à son bureau à la Newton Tower. Il était alors peu avant 15 heures. C’est là qu’il a annoncé son départ, d’abord à la secrétaire aux Affaires étrangères, Usha Dwarka-Canabady et ensuite aux autres fonctionnaires de ce ministère.

Un président de la République peut-il refuser la lettre de démission d’un ministre ?

Nous avons posé la question à Milan Meetarbhan, constitutionaliste.  «Dans le cas précis, cette question est devenue purement théorique, académique. Vishnu Lutchmeenaraidoo a aussi démissionné comme député, donc, automatiquement, il n’est plus ministre», a-t-il répondu. D’ajouter que la question portant sur le refus aurait pu se poser s’il avait conservé son poste de député.

«Le président n’a pas le pouvoir discrétionnaire de le conserver comme ministre s’il n’est plus député de l’Assemblée nationale», précise Milan Meetarbhan. Ce qui explique pourquoi Barlen Vyapoory a fini par accepter la lettre de démission après avoir demandé, dans un premier temps, à l’ex-ministre des Affaires étrangères de réfléchir.

Adrien Duval: «Il a été humilié par ce gouvernement»

Selon Adrien Duval, Vishnu Lutchmeenaraidoo aurait dû démissionner depuis longtemps. Le député du PMSD évoque son clash avec Roshi Bhadain, son changement de ministère et le volte-face du gouvernement en ce qi concerne la «nation zougadere.» Pour Adrien duval, Vishnu Lutchmeenaraidoo a été humilié pendant 4 ans.

Xavier Duval: «Il semble que nous sommes dans les délais pour les législatives»

Le leader de l’opposition a affirmé que depuis le début du mandat de ce gouvernement, Vishnu Lutchmeenaraidoo n’a subi que des humiliations. De plus, il estime que cette décision n'aura d'impact sur le calendrier électoral. «Il semble que nous sommes dans les délais pour les législatives» a dit Xavier Duval.

Rajesh Bhagwan: «C’est le début de la fin»

Le député du MMM dit qu’il a perdu compte du nombre de démissions qu’il y a eu depuis que ce gouvernement est en place. «C’est le début de la fin. Sa gouverment la couma ene Titanic» a dit Rajesh Bhagwan. Il a aussi précisé que le Président par intérim «fer gagnn onté» car il avait refusé, dans un premier temps, la démission de Vishnu Lutchmeenaraidoo.

Kavi Ramano: «C’est la suite logique»

Pour le député indépendant, la démission de Vishnu Lutchmeenaraidoo est la suite logique de ses actes. «Après le scandale EuroLoan et sa déclaration en présence du président Malgache, c’est logique qu’il démissionne.»

Danielle Selvon: «Bizin respekte so decizion»

La député indépendante ne comprend pas pourquoi Barlen Vyapoory avait refusé la démission de Vishnu Lutchmeenaraidoo dans un premier temps. «Bizin respekte so decision. Cé enn pays demokratik !» a déclaré Danielle Selvon.

Visnhu Lutchmeenaraidoo: «Enough is enough»

A la sortie de son bureau après l’annonce de sa démission, Visnhu Lutchmeenaraidoo n’a pas été très loquace. Il a simplement confirmé sa démission en tant que ministre et député et réitérant «Enough is enough.»

 
 

 

L’alliance Lepep: 12 démissions depuis 2014

Depuis le début de leur mandat, pas moins de 12 membres de ce gouvernement ont claqué la porte. La première à partir est Danielle Selvon. Elle quitte le parti le 6 novembre 2015. Le 19 novembre 2016, les neuf députés du PMSD claquent la porte à leur tour. Mais deux d’entre eux reviennent au gouvernement par la suite.

Le 23 janvier 2017, alors que Pravind Jugnauth est nommé Premier ministre, Roshi Bhadain refuse de reprendre son fauteuil de ministre de la Bonne gouvernance. Puis, le 13 septembre 2017, Ravi Rerrigadoo, l’Attorney General, est contraint de démissionner suite au scandale Yerrigadoogate.

Vishnu Lutchmeenaraidoo: «3 % de croissance, j’ai honte»

Voila la phrase à travers laquelle Vishnu Lutchmeenaraidoo a livré son état d’esprit. C’était le 14 mars dernier à l’hôtel Westin Turtle Bay à Balaclava. Au président malgache en visite à Maurice, il déclarait que le pays est «pris dans la trappe d’un pays à revenu moyen et est condamné».

«Une journée bien dure mais nécessaire»

Enough is enough, dit Vishnu Lutchmeenaraidoo aux médias. Il a expliqué qu’il en a informé le Premier ministre. «Le plus difficile a été de voir le président. Mo konn li dépi longtemps. Voir acting PM, Ivan, ki enn camarad de très longue date. Le plus dur a été de parler au PM qui est à Londres…C’est une journée bien dure mais nécessaire», dira-t-il. Avant de préciser que sa décision est irrévocable.

Shakeel Mohamed: «C’est le premier rat qui quitte le navire»

Pour le député du PTr, Visnhu Lutchmeenaraidoo n’a aucune crédibilité, et il ne va pas saluer sa démission. «Il a la responsabilité collective, avec ce gouvernement, d’avoir mené le pays là où il est» fustige-t-il. L’ancien ministre est «le premier rat qui quitte ne navire» après le naufrage.

Alan Ganoo: «Il n’avait pas le choix»

Selon le chef du Mouvement Patriotique, Vishnu Lutchmeenaraidoo a n’avait pas d’autre choix que de présenter sa démission après ses déclarations sur la croissance. Alan Ganoo se demande si l’ancien ministre des Affaires Etrangères a choisi un moment où Pravind Jugnauth n’est pas au pays pour passer à l’acte.

Joe Lesjongard: «Je ne suis pas au courant»

Sollicité, le Deputy Speaker de l’Assemblée nationale a fait savoir qu’il n’est pas au courant de la démission du ministre des Affaires etrangères, ni en tant que ministre ni député.

Une démission en tant que député au no. 7

Selon les recoupements d’informations, Vishnu Lutchmeenaraidoo a démissionné en tant que député. A Ion News, il a également confirmé sa démission en tant que ministre.

En mode réflexion

Nous apprenons cependant que le président de la République a refusé la démission du ministre des Affaires étrangères. Et lui a conseillé de réfléchir. C’est alors que Vishnu Lutchmeenaraidoo a repris sa lettre.

Vishnu Lutchmeenaraidoo s’en va

Il est aux alentours de 15h45 lorsque la nouvelle de la démission du ministre des Affaires étrangères tombe. Vishnu Lutchmeenaraidoo a soumis sa démission au président de la République, Barlen  Vyapooree.

{{title}}

{{#if summary}}

{{summary}}

{{/if}} {{#if image}}
{{image.alt}}
{{/if}} {{{body}}}
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires