Des femmes de Lepep

Avec le soutien de
Pleins feux sur certaines femmes qui font ou qui ont fait partie de l’alliance Lepep.

Pleins feux sur certaines femmes qui font ou qui ont fait partie de l’alliance Lepep.

Son allocution a fait le buzz sur le web. Vendredi, lors des célébrations marquant la Journée internationale des Femmes, au Centre Swami Vivekananda, à Pailles, le Premier ministre, Pravind Jugnauth, s’est targué de faire la part belle aux femmes au sein de son parti et du gouvernement. Pleins feux sur certaines femmes qui font ou qui ont fait partie de l’alliance Lepep.

Fazila Jeewa-Daureeawoo

Elle est la première femme à être nommée vice-Première ministre. Sa prestation à Genève lors d’une conférence onusienne fut cependant très quelconque. Elle avait eu beaucoup de peine à répondre aux questions de la Commission.

Roubina Jadoo-Jaunbocus

Promue ministre, elle a dû abandonner son poste peu après la publication du rapport Lam Shang Leen sur la drogue. Elle a été affublée du sobriquet «kala prizon».

Sandhya Boygah

Son mari a reçu un barachois dans le Nord grâce à son colistier ministre de la Pêche, Prem Koonjoo. Elle a également des intérêts dans des maisons de jeu alors que le gouvernement, sous l’impulsion de Vishnu Lutchmeenaraidoo, voulait en finir avec la «nasion zougader».

Youshreen Choomka

Elle s’était auto-promue directrice de l’Independent Broadcasting Authority après avoir été présidente du conseil d’administration. Elle a dû abandonner son poste après avoir été dénoncée en raison de ses connexions avec des hommes d’affaires. Un Fact-Finding Committee avait été mis sur pied pour se pencher sur son cas. Le rapport dort quelque part dans un tiroir.

Vijaya Sumputh

Protégée du ministre Anil Gayan, elle s’était octroyé une augmentation de Rs 100 000 alors qu’elle était au Cardiac Centre. Elle a été virée. Un Fact-Finding Committee avait également été institué pour enquêter sur ce dossier. Le rapport n’a jamais été rendu public. Elle fait actuellement l’objet d’une enquête de l’ICAC.

Naila Hanoomanjee

Elle avait postulé pour un job «sans le savoir»… N’empêche qu’elle a atterri en fin de compte à la State Property Development Company, aujourd’hui Landscope Mauritius. On lui a octroyé une augmentation de Rs 74 000 récemment portant son «take home pay packet» à Rs 327 800. Aux dernières nouvelles, elle n’aurait pas encore donné son accord concernant l’augmentation.

Sheila Hanoomanjee

L’autre fille de la speaker, Maya Hanoomanjee, vendait, à prix d’or, au Mauritius Duty Free Paradise, des biscuits achetés à bon marché chez Esko. Enough said.

Mary Jane Gayle Yerriah

Avocate, elle avait été nommée membre de l’Equal  Opportunities Commission alors qu’elle ne répondait pas aux critères établis.

Christelle Sohun

Très proche du vice-Premier ministre Ivan Collendavelloo, elle a été nommée haut-commissaire de Maurice à Canberra, en Australie.

Brenda Thanacoody-Soborun

Directrice du Mauritius Examinations Syndicate, elle avait suscité la controverse lorsqu’elle avait assisté à une réunion du MSM, drapée d’un sari orange.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires