Quand Ameenah Gurib-Fakim est Kaya…

Avec le soutien de
C’est sur sa page Facebook que l’ex-présidente de la République s’est exprimée.

C’est sur sa page Facebook que l’ex-présidente de la République s’est exprimée.

«Les Mauriciens n’oublieront pas et ne doivent pas oublier l’année 1999.» Sur sa page Facebook, l’ancienne présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, a voulu, elle aussi rendre hommage à Kaya. Et surtout, prôner un message de paix et d’unité.

Maurice, dit-elle, a vécu une des périodes les plus sombres de son histoire avec les émeutes qui ont éclaté un peu partout après la mort du roi du seggae en cellule, le 21 février 1999. «Pendant deux jours, les commerces, les services publics, les écoles, le port», entre autres, ont dû fermer. «L’économie en a souffert mais surtout, cela a créé davantage de méfiance au sein de la population.» 

Ce qui fait dire à l’ex-cheffe de l’État que les Mauriciens dans leur ensemble doivent rester vigilants et dire «NEVER again». Ameenah Gurib-Fakim souligne : «Nos artistes, notre culture, nos traditions et nos talents issus de notre peuple multiculturel comptent pour nous tous. Et nous apprécions la contribution de tout un chacun pour faire de Maurice un pays meilleur qui restera un exemple de paix dans le monde.»

Publicité
Publicité

Kaya, c’est une musique. Des chansons. Un message de paix, d’amour et d’unité. Kaya, Joseph Réginald Topize de son vrai nom, c’est le visage d’une île Maurice qui voulait s’émanciper des diktats de la société et retrouver ses racines. Son arrestation puis sa mort en cellule, ce 21 février 1999, a profondément blessé l’île Maurice. 20 ans après, les plaies n’ont toujours pas cicatrisé…

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires