Du gandia fumé ouvertement lors de la manifestation MR

Avec le soutien de
Sur les quelque 2 000 personnes qui assistaient à la manifestation, tous n'étaient pas des fumeurs d'herbe.

Sur les quelque 2 000 personnes qui assistaient à la manifestation, tous n'étaient pas des fumeurs d'herbe.

Des jeunes ont eu recours à des actes de provocation lors de la manifestation tenue en faveur de la dépénalisation de la consommation du gandia. Cette drogue a été consommée ouvertement

Certaines personnes de l'assistance ont ouvertement fumé du gandia hier, à la rue Edward VU, à Rose-Hill, lors du meeting que Je Mouvement républicain (MR) tenait en faveur de la dépénalisation de la consommation de cette drogue. Les abords du bureau du parti avaient été littéralement pris d'assaut par les fumeurs de gandia qui n'ont pas hésité à rouler et à fumer des joints au vu et au su de la foule. Si certains ont fumé des "canons", d'autres ont utilisé des bouteilles en plastique des "bâtonspapayes" pour consommer leur gandia. L'odeur des feuilles de gandia brûlées se répandait de temps en temps parmi la foule.

Les fumeurs étaient en majorité des jeunes qui affichaient une forte préférence pour le reggae. La police était présente au meeting. Aucune arrestation pour consommation de gandia n'a été effectuée, selon nos renseignements.

La manifestation du MR avait réuni 2 000 personnes environ. Une bonne partie de l'assistance s'était déplacée pour le concert. Elle a débuté à 13 heures avec une série de chansons reggae très connues telles que I shot the Sherijf, Reggae Night et Follow the leader. Plusieurs chanteurs dont Michel Legris, Nitish Joganah, Nouveau Génération, Paradise et Kaya animaient la manifestation.

La canicule et le soleil de plomb n'ont pas empêché l'assistance de suivre les nombreux discours des membres et des proches du MR, dont MM. Patrick Hart de Keating et Sada Etwaroo.

Dépénalisation si le MR arrive au pouvoir

Le leader du MR, M. Rama Valayden, a fait voter, à main levée, plusieurs résolutions dont l'une concerne un ultimatum au président de la République et au Premier ministre. Il leur donne jusqu'au 31 décembre 1999 pour faire libérer tous les prisonniers qui purgent actuellement une peine d'emprisonnement pour consommation de gandia.

Le Dangerous Drugs Act. doit être amendé, et la consommation du gandia ne doit plus être considérée comme un délit, a-t-il ajouté. Le leader du MR a demandé par ailleurs au Premier ministre, M. Navin Ramgoolam, de ne pas faire un amalgame entre les drogues douces et les drogues dures.

La dépénalisation de la drogue sera l'une des premières décisions qu'il prendra si le MR arrive au pouvoir, a déclaré M. Valayden. Il annonce la tenue d'un concert non-stop de 24 heures en l'an 2000.

A 21 heures hier soir, la manifestation culturelle à la rue Edward VII se poursuivait toujours.

Vers les 21 h 15, des effectifs de la Spécial Supporting Unit (SSU) armés de gourdins se préparaient à intervenir. Certains avaient même pris position sur l'estrade. La fête avait laigement dépassé l'heure à laquelle elle était supposée prendre fin.

La fête s'est prolongée jusqu'à 22 heures

Des policiers avaient fait un appel aux animateurs pour qu'ils mettent fin à la fête. La fête a pris fin vers 22 heures au lieu de 19 heures.

Le chanteur Joganah a également profité de l'occasion hier pour s'adresser à l'assistance. Il a lancé un défi à tous les "politiciens hypocrites". Il a déclaré qu'il est un fait que tous les politiciens du pays font "confiance aux fumeurs de gandia" pour "faire demarrerla machine électorale sur le terrain".

M.Oozeerally, ancien magistrat, a de son côté parlé d'injustice. Il a, dans ce contexte, fait des graves allégations contre le fonctionnement de la Cour suprême. M. Dwarkasing a déclaré que le gandia est une plante naturelle. "Gandia c'est bon Dieu qui fine donné sa. Q ui faire bizin interdit"?

Publicité
Publicité

Kaya, c’est une musique. Des chansons. Un message de paix, d’amour et d’unité. Kaya, Joseph Réginald Topize de son vrai nom, c’est le visage d’une île Maurice qui voulait s’émanciper des diktats de la société et retrouver ses racines. Son arrestation puis sa mort en cellule, ce 21 février 1999, a profondément blessé l’île Maurice. 20 ans après, les plaies n’ont toujours pas cicatrisé…

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires