Affaire «tikka»: l’hôtel demandera peut-être une «judicial review»

Avec le soutien de
Sooleka Dalwhoor, ici en compagnie de son frère Ashish Sewpaul, réclame le droit de porter le «tikka» sur son lieu de travail.

Sooleka Dalwhoor, ici en compagnie de son frère Ashish Sewpaul, réclame le droit de porter le «tikka» sur son lieu de travail.

C’est par le biais d’un communiqué émis hier, lundi 18 février, que la direction de The Residence Mauritius a réagi suite au jugement rendu dans «l’affaire tikka». L’hôtel explique avoir pris connaissance du verdict de l’«Employment Relations Tribunal», qui a statué sur le port du «tikka» par une des employés de l'établissement durant les heures de travail. La direction affirme ainsi qu’elle étudiera ce jugement et qu’elle décidera, en temps et lieu, si elle demandera une révision judiciaire. 

Sooleka Dalwhoor, l’employée dont il est question, a pour sa part déclaré, à sa sortie du tribunal, qu’elle «était confiante depuis le début». Par ailleurs, les trois avertissements qui pesaient contre elle ont également été rayés. 

L’employée avait reçu des avertissements de son employeur parce qu’elle portait le «tikka» et le «sindoor» (NdlR, symbole de la femme mariée dans la communauté hindoue) sur son lieu de travail. Une situation qui avait soulevé une vive polémique et provoqué l’indignation de non nombre de Mauriciens.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires