Travaux à Moka: le cours d’une rivière modifié «sans permission»

Avec le soutien de
Les travaux de construction d’un mur ne respectent pas le recul de 16 mètres de la rivière, selon des voisins.

Les travaux de construction d’un mur ne respectent pas le recul de 16 mètres de la rivière, selon des voisins.

Les habitants de la route Bois-Chéri, à Moka, sont révoltés. Depuis plus d’une semaine, un voisin a entrepris des travaux dans le but de construire un mur. Sauf que cet homme n’a pas respecté la limite imposée dans son titre de propriété, dont l’express s’est procuré une copie, par rapport à la rivière qui se trouve à proximité. Cette rivière est très fréquentée par les résidents depuis plusieurs années.

Selon le document, il lui est interdit de clore en limite de la rivière. Il faut un recul d’au moins 16 mètres. Mais ses voisins ont constaté que les constructions sont en violation de ces conditions.

La semaine dernière, ils ont formellement informé le conseil de district de Moka ainsi que le département Bois et Forêts du ministère de l’Agro-industrie de ce problème. Ceux-ci ont reconnu qu’il s’agissait d’un délit, en vertu de l’article 14 de la Forests and Reserves Act.

Ils ont fait comprendre aux habitants que le propriétaire serait averti mais, à ce jour, les travaux n’ont pas été perturbés. Un excavateur se trouvait sur place à la fin de la semaine. Des rochers ont été retirés de la rivière, modifiant le cours d’eau.

Selon Navin Bastobchan, un voisin directement concerné et porte-parole du groupe, la situation devient, de jour en jour, préoccupante. «Dépi mo lanfans mo abit laba. Sa misié in vinn res isi dépi anviron 4 an. Li ti dir nou li pou anbéli plas la. Nou pa finn éna okenn obzeksyon. Mé la li pé détrir sa plas-la san okenn otorizasyon.»

Il a déjà rédigé une lettre pour porter plainte à la Water Resources Unit mais craint qu’il ne soit trop tard. «Il le fait pour priver le public d’accès sauf qu’avec ces travaux, le risque d’érosion ou de glissement de terrain est plus conséquent. Il y a plusieurs maisons construites au bas de la falaise. C’est très grave.Il ne faut pas attendre qu’il y ait un incident.» Les habitants souhaitent que les autorités agissent dans les plus brefs délais afin qu’il n’y ait pas davantage de dégâts.

L’express a contacté le principal concerné. Il confirme qu’il a reçu un avertissement verbal de la part des policiers. Mais il souligne qu’il a un rendezvous avec le département de Bois et Forêts aujourd’hui pour en discuter et dans le but de clarifier certains points. Il avance également que ses voisins agissent de mauvaise foi.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires