Commission drogue: «Si zot ti anvi donn pistas, zot ti bizin rod bann zako»

Avec le soutien de
Paul Lam Shang Leen n’aurait perçu qu’une partie de ses honoraires.

  Paul Lam Shang Leen n’aurait perçu qu’une partie de ses honoraires.                                                                                

La note devait être réglée avant la fin de l’année. Mais une trentaine de membres de la commission drogue attendent toujours d’être rémunérés pour le travail effectué pendant plus de deux ans et demi. Une confirmation obtenue par l’express.

«Si zot ti anvi donn pistas, zot ti bizin rod ban zako», dit d’emblée un des membres de la commission. Se disant déçu, il estime qu’il s’agit d’un manque de respect envers ceux qui n’ont pas lésiné sur les moyens pour mener à bien les travaux. D’autant que le gouvernement avait garanti qu’ils seraient rémunérés avant la fin de l’année 2018.

Selon nos recoupements, le président de la commission, Paul Lam Shang Leen, a perçu une partie de ses honoraires. Sauf que le montant officiel n’a pas encore été dévoilé. Entre-temps, l’ex-juge a eu le temps de présider et boucler une autre enquête, soit celle portant sur la disparition de 16 kilos d’héroïne survenue après une saisie.

Paul Lam Shang Leen avait réclamé Rs 17 millions rien que pour ses services, en vertu de l’article 16 de la Commissions of Inquiry Act. Il aurait été appelé à accepter une somme inférieure à Rs 10 millions. La rémunération totale pour tous les membres devrait s’élever à Rs 30 millions.

Le 13 novembre dernier, Pravind Jugnauth avait déclaré au Parlement qu’il dévoilerait le montant remis à tous les membres une fois que toutes les formalités auraient été complétées. Le rapport de la commission d’enquête sur la drogue a été soumis au président de la République par intérim, le 24 juillet 2017. Paul Lam Shang Leen avait alors remis sa facture au Premier ministre le lendemain.

Publicité
Publicité

Le rapport de la commission d’enquête sur la drogue a été rendu public vendredi 27 juillet. Et les répercussions sont nombreuses. Le barreau notamment y est mis à mal ; les noms de plusieurs avocats, dont Me Raouf Gulbul, sont cités, la commission Lam Shang Leen recommandant des enquêtes approfondies. Le gouvernement n’est pas non plus sorti indemne. Cités dans le rapport, la ministre Roubina Jadoo-Jaunbocus et le Deputy Speaker Sanjeev Teeluckdharry ont dû «step down». Diverses institutions sont également montrées du doigt.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires