Réforme électorale: l’incertitude plane toujours

Avec le soutien de
 Pravind Jugnauth présentera le Constitution (Amendment) Bill au Parlement en deuxième lecture ce vendredi.

 Pravind Jugnauth présentera le Constitution (Amendment) Bill au Parlement en deuxième lecture ce vendredi. 

A quelques heures des débats, l’incertitude plane toujours sur le sort du Constitution (Amendment) Bill à l’Assemblée nationale. Le projet  de loi sur la réforme électorale sera présenté en deuxième lecture par le Premier ministre Pravind Jugnauth et soumis au vote ce vendredi 7 décembre.

Ces amendements constitutionnels doivent être plébiscités par une majorité de trois quart des députés, soit, obtenir 52 voix. Ce chiffre n’a pas encore été atteint malgré les tractations de dernière minute engagées avec certains partis de l’opposition. Si le PTr et le PMSD ont déjà fait savoir qu’ils ne voteront pas pour, le soutien des autres membres de l’opposition n’est toujours pas acquis. A ce stade, rien n’indique que le gouvernement obtiendra les sept voix qui lui manquent.

Le Mouvement militant mauricien (MMM) attend que le Premier ministre apporte des modifications cet après-midi pour décider s’il votera en faveur. Mardi dernier, le leader du MMM s’est  dit contre la proposition de 63 élus, 12 autres à la proportionnelle, et de six à dix élus additionnels qui seront choisis après les élections parmi les candidats battus.  La proposition de Paul Bérenger repose sur une augmentation du quota de députés élus a la proportionnelle. Reste à savoir si le gouvernement reverra sa copie pour satisfaire le MMM.

Au niveau du Bureau du premier ministre, l’on tente également d’obtenir l’appui du Mouvement Patriotique (MP) et des députés indépendants Kavi Ramano et Danielle Selvon. Le MP n’est toutefois pas totalement convaincu. Lors d’une conférence de presse tenue hier, Alan Ganoo a annoncé sa décision de ne pas voter le Constitution (Amendment) Bill si le gouvernement ne revient pas sur certains éléments essentiels. Le députe du No 14 rejette, entre autres, le seuil d’éligibilité au système proportionnel, fixé à 10 % et le repêchage de candidats battus par le leader. 

«C’est une caricature. On ne peut accepter une réforme vu qu’il n’y a aucun consensus», a déclaré Alan Ganoo qui est d’avis que l’alliance MSM/ML ne peut imposer ses idées.

Si Kavi Ramano précisera sa position ce soir, Danielle Selvon, a annoncé ce matin sur sa page Facebook qu’elle ne comptait pas voter en faveur, se disant contre l’abolition du Best Loser System.

Le projet de loi prévoit l’élection de 3 élus selon le First Past the Post (FPTP), 12 élus sous la représentation proportionnelle (PR) et un maximum de 10 additionnal seats.

Publicité
Publicité

Maurice est bel et bien engagé pour réformer son système électoral, tout en introduisant la proportionelle. C’étaient les propos de SAJ en 2015. Trois ans plus tard, le gouvernement a soumis ses propositions. Elles devront être validées au Parlement par une majorité des trois-quarts.  Ce qui est loin d’être gagné car la quasi-totalité des partis d’opposition se sont déjà prononcés contre.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires