Terres achetées par le SIFB, une arnaque gigantesque

Avec le soutien de
L’item no. 4 dans le plan est le terrain acheté par le ministre de la Santé à Rs 5 M l’arpent contre Rs 18 M l’arpent pour le lot du SIFB (no. 1).

L’item no. 4 dans le plan est le terrain acheté par le ministre de la Santé à Rs 5 M l’arpent contre Rs 18 M l’arpent pour le lot du SIFB (no. 1). 

Les attributions du «Fact-Finding Committee» seront élargies afin d’enquêter sur l’achat de terres du SIFB. C’est ce qu’a concédé le ministre Seeruttun hier après avoir pris connaissance des nombreuses anomalies révélées par Xavier Duval.

La valeur des terres achetées par le Sugar Insurance Fund Board (SIFB) correspond-elle au prix réel du marché ? Non, à en croire Xavier Luc Duval (XLD). Le leader de l’opposition a, hier, axé sa Private Notice Question sur l’acquisition des terrains faite par cette instance au début de l’année. Et y a relevé de nombreuses anomalies. Ce qui a poussé le ministre de l’Agro-industrie, Mahen Seeruttun, à affirmer que les «Terms of Reference» du Fact-Finding Committee (FFC) mis sur pied par le conseil des ministres seront élargis.

Initialement, il était question d’enquêter sur les allégations de maldonne liées à la compensation payée aux petits planteurs. Désormais, le FFC devra aussi tirer au clair les acquisitions du SIFB.

C’est le 28 février que le SIFB a pris la décision d’acheter des terres dans la région d’Ébène et de Trianon, a indiqué Mahen Seeruttun. Il s’est ensuite engagé dans une série d’explications qui n’ont fait qu’irriter Xavier Duval car celles-ci portaient sur la loi sur le SIFB. Le ministre a, toutefois, vite été rappelé à l’ordre par la Speaker.

Il a poursuivi que le coût des terrains par arpent est de Rs 18 millions. Selon lui, une première évaluation a été faite par des «internal valuation officers». Et ce sont ces derniers qui, en se basant sur des acquisitions faites dans la région en 2015, sont parvenus à ce chiffre. Le ministre a aussi indiqué que le prix initial par arpent était de Rs 20 M et qu’une autre évaluation «indépendante», avait été faite après que la décision d’acheter les terres a été prise. Celle-ci a conclu qu’un arpent revenait à Rs 19 millions. «Le SIFB a payé Rs 18 M pour un arpent de terre. Les 6 arpents achetés plus la taxe reviennent à Rs 115,9 M», a fait valoir le ministre.

Documents à l’appui, Xavier-Luc Duval est revenu à la charge. D’abord, il a insisté sur le fait que la décision d’acheter ces terres aurait été prise par le «full board» du SIFB, sans l’aval de l’Investment Committee. Ce qui est contraire à la SIFB Act.

Internal valuation

Mais le plus grave, selon le leader de l’opposition, serait que «l’internal valuation» reposerait sur des transactions fictives. En effet, le «Decision Paper BD2018/2/4» du SIFB cite deux achats pour justifier le choix de payer Rs 18 M par arpent pour des terres dans la région. Une compagnie textile et un individu auraient chacun payé cette même somme en mars 2015. Sauf que, selon le leader de l’opposition, ces ventes n’auraient jamais eu lieu et il s’agirait plutôt de «bogus transactions».

Autre point mis en avant par le leader de l’opposition : le ministre de la Santé, Anwar Husnoo, a acheté un lopin de terre dans la même rue que les autres terrains appartenant au SIFD. Il a payé Rs 5 M par arpent. «Comment est-ce possible ?» s’est demandé Xavier-Luc Duval.

S’appuyant sur d’autres documents, il a poursuivi qu’un autre acheteur avait payé Rs 6 M par arpent et que des parcelles de «prime land», proches de l’autoroute Terre-Rouge-Verdun, connectées à l’eau courante et à l’électricité ont elles coûté Rs 13 M par arpent.

Puis il y a un autre facteur qui aurait dû faire baisser le prix du terrain acheté par le SIFB : une ligne de haute tension du Central Electricity Board (CEB) traverse ces terres. Selon la loi, une distance de 13 mètres de chaque côté de ce danger doit être conservée. Ce qui incommode les acheteurs et fait baisser la valeur des terrains.

Xavier-Luc Duval a également mis en avant le rapport de la firme Luxconsult sur l’ancien projet Heritage City. Celui-ci date de 2016 et met en exergue les risques d’inondation du Bagatelle Dam. «Cet élément a également fait chuter le prix des terrains dans la région. Donc, clairement, le SIFB a payé un prix excessif pour ces 6 arpents. C’est une arnaque aux proportions gigantesques», a martelé le leader de l’opposition. Ce dernier a également demandé à Mahen Seeruttun s’il comptait suspendre le management du SIFB le temps que siège le FFC. À cela, le ministre a répondu qu’il se pencherait sur la question.

Gaspillage

Interrogé à la suite de la PNQ, Xavier-Luc Duval avance que les terres du SIFB ne valent pas plus que Rs 54 M. «Ceci représente un gaspillage d’au moins Rs 60 M, soit une grande perte pour les 13 000 planteurs», a-t-il laissé entendre.

 Sollicité, Vivekanand Lochun, Chairman du SIFB, n’a pas souhaité commenter davantage l’affaire. «Il ne s’agit que d’allégations. étant donné que cette affaire sera examinée par le FFC, ce serait inapproprié pour moi de faire des commentaires», a-t-il soutenu.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires