Information ou communication ? Quand l’Attorney General choisit ses intervieweurs

Avec le soutien de
Lors de ce débat à Ébène, hier, vendredi 16 novembre, les journalistes d’«ION News» et de «Radio Plus» ont eu l’occasion de cuisiner Maneesh Gobin.

Lors de ce débat à Ébène, hier, vendredi 16 novembre, les journalistes d’«ION News» et de «Radio Plus» ont eu l’occasion de cuisiner Maneesh Gobin.

Du jamais vu dans les annales de l’audiovisuel à Maurice. Alors que l’express a soulevé les dangers de la Judicial and Legal Provisions Act, depuis le dimanche 3 novembre, et a consacré plusieurs articles avec à l’appui des réactions des politiciens et des avocats, ne voilà-t-il pas qu’un ministre qui a présenté et défendu bec et ongles le projet de loi trouve moyen de choisir ses journalistes pour répondre hier, vendredi 16 novembre, aux interrogations de la population ? Ce qui ressemble à un exercice de communication, plutôt qu’à un vrai débat public, selon l’avis de plusieurs journalistes. «Zot mem donn kestion, zot mem réponn !»

Un choix que l’Attorney General, Maneesh Gobin, a fait avec la complicité de deux journalistes et à un degré moindre de la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC). Si, dans le passé, la MBC, qui est une institution publique, a déjà organisé des débats sur des sujets de grande actualité avec comme invités des journalistes de la presse écrite, c’est bien la première fois que seuls deux journalistes, l’un de Radio Plus, Nawaz Noorbux, et l’autre d’un site web d’informations, ION News, à savoir Rabin Bhujun, ont été choisis par Maneesh Gobin.

Une émission vivement critiquée par nos confrères. Surtout de Top FM. Répondant à notre question, le directeur de cette radio, Balkrishna Kaunhye, trouve cela surprenant que sa radio n’a pas été invitée. Deux animateurs de Top FM, en l’occurrence Habib Mosaheb et Mervin Bheetun, ont, lors d’une émission, sorti l’artillerie lourde contre ces débats. Ils se sont dit outrés que, sur un sujet d’une telle importance et qui préoccupe bon nombre de Mauriciens, un ministre payé des fonds publics a cru bon de choisir ses interviewers «pou rann kont lapopilasion».

Habib Mosaheb et Mervin Bheetun rappellent qu’ils ont eux-mêmes invité le ministre à leur radio, mais qu’il a refusé de s’y rendre. Selon eux, Maneesh Gobin aurait dû inviter toute la presse comme cela a été le cas quand Pravind Jugnauth avait présenté le projet de Metro Express. Ils se sont demandé pourquoi le journal l’express, qui possède également un site web et est en mesure d’assurer un direct en ligne, n’y a pas été invité, tout comme Top FM et Radio One.

Rs 350 000

C’est dans un studio aménagé à Cybercity, Ébène, qu’a eu lieu cette émission. À l’arrière-plan, était affiché l’Attorney General’s Office. La MBC, nous a assuré le président du conseil d’administration de la station, Bhijaye Ramdenee, a obtenu l’autorisation pour produire cette émission. «Notre rôle s’arrête là», a-t-il précisé. Pour un direct d’une heure, la MBC doit normalement débourser une somme de Rs 350 000 payable à Multi Carrier Mauritius Ltd.

Dans une brève déclaration à l’express, Finlay Salesse, rédacteur en chef de Radio One, s’est indigné et confirme que sa radio n’a pas été invitée à ce débat. Nawaz Noorbux, un des journalistes sur le plateau, a déclaré qu’il n’a rien à dire à l’express sur la question. Idem pour Rabin Bhujun d’ION News.

Abdoolah Earally, modérateur de ces débats, précise : «Je n’ai rien à vous dire. Je suis un professionnel. On m’a approché et je fais mon travail comme un professionnel.»

Quant à Maneesh Gobin, il est resté injoignable. Bien que nous ayons demandé à son attachée de presse, Herrsha Lutchman, de nous faire avoir une déclaration du ministre, nous sommes restés sur notre faim.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires