Des favoris du MSM pourraient être privés d’une investiture

Avec le soutien de
Le président du parti soleil, Showkutally Soodhun, avait tenu une réunion au Sun Trust le week-end dernier avec les élus de son parti.

  Le président du parti soleil, Showkutally Soodhun, avait tenu une réunion au Sun Trust le week-end dernier avec les élus de son parti.  

Qui sont les élus du Mouvement socialiste militant (MSM) qui pourraient ne pas obtenir une investiture aux prochaines législatives ? Le président du parti soleil, Showkutally Soodhun, avait tenu une réunion au Sun Trust le week-end dernier avec les élus de son parti. Il a fait savoir que ceux qui se font rares sur le terrain seront privés de tickets. Nous avons essayé de dresser une liste des élus qui sont controversés ou qui ont des démêlés avec la justice. Qui sont-ils ?

Raj Dayal

Le député de Flacq–Bon-Accueil Raj Dayal a dû démissionner comme ministre de l’Environnement après la diffusion d’une bande sonore dans laquelle il aurait réclamé des bal kouler à un promoteur immobilier. L’affaire est devant la justice.

Roubina Jadoo-Jaunbocus

Épinglée par la commission d’enquête sur la drogue, Roubina Jadoo-Jaunbocus a démissionné comme ministre. Il a été reproché à la députée, également avocate, d’avoir eu de nombreuses consultations avec des détenus condamnés pour des affaires de drogue pendant la même journée. Elle conteste la partie du rapport la concernant devant la Cour suprême.

Bashir Jahangeer

Ce député est un des rares back-benchers du gouvernement qui n’occupent aucune responsabilité importante au sein du gouvernement. Cependant, ses questions ont souvent embarrassé le Premier ministre adjoint, Ivan Collendavelloo.

Pravind Jugnauth

L’avenir politique du Premier ministre dépend du Privy Council, dit-on. Même si cette instance confirme le jugement de la cour intermédiaire condamnant Pravind Jugnauth à 12 mois de prison pour conflit d’intérêts dans l’affaire MedPoint, le leader du MSM pourra toujours être candidat s’il le souhaite. Selon la Constitution, c’est une personne condamnée à plus de 12 mois d’emprisonnement qui n’est pas éligible à être candidat.

Prem Koonjoo

Le ministre de la Pêche, Prem Koonjoo, maîtrise mal ses dossiers, déplore-t-on au sein du gouvernement. D’ailleurs, depuis quelques mois, c’est son collègue aux Affaires étrangères qui se met de l’avant quand il s’agit de parler de l’économie bleue aux investisseurs étrangers. Le ministre de la Pêche a aussi fait beaucoup de déclarations controversables. La dernière en date remonte au mois dernier quand il a confié qu’il n’a jamais vu de baleines à Maurice.

Vishnu Lutchmeenaraidoo

En 2016, la presse a révélé que le ministre des Finances d’alors, Vishnu Lutchmeenaraidoo, avait emprunté 1,1 million d’euros (Rs 43,6 millions) à un taux de 1,5 % sur une période de deux ans. Il a été muté par sir Anerood Jugnauth, le Premier ministre de l’époque.

Sudesh Rughoobur

Ce député de la circonscription de Grand-Baie–Poudre-d’Or a eu quelques démêlés financiers avec un de ses anciens partenaires d’affaires. Toutefois, c’est son franc-parler qui pourrait lui coûter son ticket. Tout comme Bashir Jahangeer, ses questions ne font pas toujours plaisir aux ministres. Pour lui, ce sont ses mandats qui sont prioritaires.

Sudhir Sesungkur

La rumeur veut que Sudhir Sesungkur marche avec sa lettre de démission comme député en poche et qu’il la soumettrait à Pravind Jugnauth si on le révoquait comme ministre. Il est un des ministres qui traînent plusieurs casseroles Un photographe l’a accusé tout récemment de l’avoir giflé lors d’un mariage.

Showkutally Soodhun

Après la réunion au Sun Trust la semaine dernière, plusieurs élus se sont demandés si leur président luimême obtiendra une investiture. L’ancien ministre du Logement et des terres a dû quitter son poste après avoir tenu des propos jugés incendiaires lors d’une réunion à son bureau. Il est également poursuivi en justice après avoir déclaré qu’il aurait pu tirer un coup de feu sur le leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval.

Kalyan Tarolah

Le «lalanguegate». Ce député a dû délaisser ses fonctions de secrétaire parlementaire privé après qu’une habitante de l’Est a porté plainte à la police suivant un échange de photos osées. L’affaire avait fait grand bruit.

Sanjeev Teeluckdharry

Avocat parlementaire, il a aussi été montré du doigt par la commission d’enquête sur la drogue. Après qu’il a rejeté les commentaires de cette commission faits à son égard, il a démissionné de son poste de Deputy speaker.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires