Projet de loi: la radiation nucléaire fait l’unanimité

Avec le soutien de
Le Radiation Safety and Nuclear Bill a été voté hier soir au Parlement.

Le Radiation Safety and Nuclear Bill a été voté hier soir au Parlement.

Out la «Radiation Protection Act». Elle a été remplacée par une nouvelle loi hier. Celle-ci vise surtout à mieux contrôler les sources de radiation nucléaire.

Il a mis le gouvernement et l’opposition sur la même longueur d’ondes. Le Radiation Safety and Nuclear Bill a été voté à l’unanimité, à l’Assemblée nationale, hier soir. Ce projet de loi remplace la Radiation Protection Act qui a été votée en 2003.

Le Premier ministre adjoint, Ivan Collendavelloo, a expliqué que ce projet de loi vise surtout à mieux contrôler les sources de radiation nucléaire afin de protéger ceux qui manient des équipements liés à ce type de rayonnement.

Ivan Collendavelloo a rappelé que le Radiation Board avait été mis sur pied en 1992. Puis, en 2003, avec la menace du terrorisme sur notre territoire, le Radiation Protection Bill avait été présenté. Mais avec les développements surtout au niveau des équipements liés à la santé, il était impératif que le gouvernement introduise ce projet de loi, a indiqué l’orateur. Selon le Premier ministre adjoint, ce sont surtout les femmes enceintes et celles qui allaitent leurs bébés qui sont les plus exposées à la radiation.

Rajesh Bhagwan et Arvin Boolell, deux députés de l’opposition, ont soutenu qu’ils sont d’accord avec la majorité. Cependant, ils ont fait un plaidoyer pour que la loi soit appliquée comme il le faut. Le député du PTr a notamment réclamé que l’institution qui sera mise sur pied soit autonome et que le directeur du board soit nommé par la Public Service Commission. Zouberr Joomaye a, lui, demandé que les fonds nécessaires soient débloqués pour la formation de ceux qui auront la tâche d’inspecter le niveau de radiation nucléaire sur les équipements.

De son côté, Danielle Selvon a félicité le gouvernement pour ce projet de loi qui va, selon elle, protéger davantage les patients et les employés. «Il met des limites d’exposition à la radiation sur une période donnée», a-t-elle précisé. Elle a réclamé qu’une attention particulière soit portée aux navires et aux vaisseaux à propulsion nucléaire dans les eaux mauriciennes. Avant d’inclure Diego Garcia, où se trouve une base militaire.

Pour sa part, Anwar Husnoo, ministre de la Santé, se réjouit que Maurice se mette en conformité avec les conventions et les protocoles ratifiés. Il a d’ailleurs parlé de la médecine du nucléaire. Selon le ministre, cette loi vient combler les lacunes et mettre en place un cadre juridique solide. Anwar Husnoo précise que la loi survient après la visite des officiers de l’Agence internationale de l’énergie atomique.

Toujours du côté de la majorité, Raj Dayal a dressé un historique du nucléaire à Maurice. Il a en outre rappelé que lorsqu’il était ministre, des dispositions avaient été prises afin de créer un dépotoir pour les Hazardous Wastes.

Enfin, le Parliamentary Private Secretary Raffick Sorefan, dentiste de formation, souligne qu’à l’époque où il étudiait, les apprentis dentistes apprenaient à lire les radiographies, alors qu’aujourd’hui, il y a des radiologues. Il demande des contrôles afin que faire des radios ne soit pas un business au détriment du public. Il cite les chiffres sur des radios, soit 665 139 examens effectués en 2015. Puis 705 430 radios réalisées en 2016 et 762 000 en 2017. Selon lui, 30 % des cas n’ont pas besoin de radios. Il fait ressortir que les femmes enceintes aussi ont été prises en considération.

Raffick Sorefan avance que les amendes de Rs 300 000 et Rs 500 000 ne sont pas suffisantes. Il se dit en faveur de l’utilisation de l’énergie nucléaire pour produire de l’électricité.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires