Lobby: quand la politique cherche la bénédiction des religieux

Avec le soutien de
Lorsqu’il était PM, SAJ avait affirmé que les membres de son Cabinet ne prendraient pas la parole lors de manifestations religieuses. Pravind Jugnauth a, lui, repris la barre en 2017.

Lorsqu’il était PM, SAJ avait affirmé que les membres de son Cabinet ne prendraient pas la parole lors de manifestations religieuses. Pravind Jugnauth a, lui, repris la barre en 2017.

La stratégie de Pravind Jugnauth se dévoile peu à peu à l’approche des élections. Il multiplie les rencontres avec des groupes religieux ou sectaires pour, semble-t-il, séduire leurs membres.

«Les politiciens préfèrent ne pas prendre le risque de les ignorer.» Quel est donc le poids des groupes religieux ou sectaires pour être ainsi courtisés par les politiques, plus particulièrement à l’approche des élections ? Force est de constater que depuis quelque temps, le Premier ministre multiplie les rencontres avec ceux-ci (voir encadré). La dernière en date étant sa rencontre avec des églises évangélistes. Tout semble indiquer que cela fait partie d’une stratégie réfléchie de Pravind Jugnauth.

Sir Anerood Jugnauth, alors Premier ministre, avait pourtant insisté sur le fait qu’aucun membre de Cabinet ne prendrait la parole lors de manifestations religieuses. Toutefois, au dire d’un ancien conseiller influent de l’ex-chef du gouvernement, Navin Ramgoolam, connu pour être un stratège, ces groupes religieux ou sectaires parviennent à influencer les politiciens. «Ils font beaucoup de lobbys. Ils suggèrent des candidats aux chefs des partis. Ils ont beaucoup d’influence sur nos dirigeants», révèle-t-il. D’ajouter qu’ils arrivent à faire croire aux politiciens qu’ils sont suivis par les membres de leur groupe, même si leurs consignes, lors des élections, ne sont pas respectées.

«Un ministre ou un député n’a jamais dit non quand il est invité à prendre la parole lors d’un événement sachant qu’il aura une plateforme pour faire passer son message ou faire des promesses peu importe l’importance de l’organisation», rappelle, de son côté, Rajenrah Ramdhean, président de la Mauritius Sanatan Dharma Temples Federation (MSDTF). Il est clair, dit-il, que les politiciens veulent profiter des associations sectaires pour grignoter quelques votes.

Quid des mots d’ordre à la veille des élections ? Ce dirigeant de la MSDTF est de ceux qui croient que les présidents des groupes religieux ou sectaires peuvent influencer leurs membres. «Un président est élu parce qu’il est apprécié et respecté. Il est très rare que ses membres rejettent sa proposition ou sa volonté.»

Quant au pasteur Georges Leste, président de l’Assemblée de Dieu de l’île Maurice, il insiste qu’il ne veut pas mélanger la politique et la religion. Est-ce que le Premier ministre cherche leur soutien en retour de certaines promesses ? «Ce n’était pas le but de notre rencontre. Après 50 ans d’existence, nous n’avons jamais eu l’occasion de nous exprimer à un Premier ministre. Il n’y a eu aucune exigence», précise-t-il. Il reconnaît cependant que le ministre Étienne Sinatambou a facilité cette rencontre.

Pourtant, lors de cet événement avec les responsables des églises évangélistes, vendredi, au Triveni Club, Pravind Jugnauth a affirmé qu’il prendrait en considération leurs requêtes. Une des demandes des églises évangélistes est d’être exemptées de taxe lors des achats de terrain. Elles veulent aussi être reconnues comme une religion au lieu de groupe sectaire. «Mo ti dir kont lor mwa parski mo krwar dan travay ki zot fer», leur a déclaré le Premier ministre.

Ces sorties ou événements récemment médiatisés

 Il y a eu la rencontre avec les responsables des églises évangélistes. Et avant cela, l’entretien du père Jocelyn Grégoire dans le journal télévisé de la Mauritius Broadcasting Corporation. Lors duquel des extraits du concert des trois prêtres catholiques ayant réuni plus de 20 000 personnes à Gros-Cailloux, ont été diffusés. Mais pas n’importe lesquels. Ceux où le prêtre reconnaît le «bon» travail de Pravind Jugnauth. Il faut ajouter à cela l’inauguration, en août, d’une «grotte» à Providence à laquelle a assisté le Premier ministre. Une autre sortie effectuée, le 2 octobre, a également été médiatisée. Le chef du gouvernement s’était rendu à Vacoas pour célébrer le centenaire de la PCK Aryan Vedic School, alors que le dimanche 29 juillet, il était l’invité d’honneur du Mauritius Arya Ravived Pracharini Sabha à l’occasion de l’ouverture de la Maharishi Dayanand Saraswatee Vedic mandir.

 
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires