L'express leaks du dimanche 12 Août au vendredi 17 Août

Avec le soutien de

Des bruits de couloir, les derniers buzz ou les derniers scandales, l'express vous dévoile ici ce que les autres vous cachent.

L’ancien dg de l’ICAC vire au rouge

Il se chuchote qu’un ancien directeur général de la commission anticorruption a finalisé les procédures pour son adhésion au Parti travailliste. Il est bien placé pour obtenir un ticket.

Vajpayee et Ramgoolam

La MBC aura réussi le tour de force de repasser des images de la dernière visite de Sri Atal Vajpayee à Maurice sans montrer le Premier ministre d’alors, Navin Ramgoolam. Ces consignes chirurgicales seraient celles d’un conseiller du PMO qui n’a pas par ailleurs grand-chose à faire.

Teelock versus Oodiah

Ils sont mariés, meilleurs amis au monde, complémentaires sur pas mal de projets, mais sur un projet précis, ils ne sont pas du tout sur la même longueur d’onde. Adi Teelock, membre influent de Platform Moris Lenvironman, et son époux Malenn Oodiah, responsable de communication du groupe NMH, ne sont pas d’accord sur le projet hôtelier aux Salines de Rivière-Noire. Sur Facebook, chacun explique sa position. N’est-ce pas cela l’indépendance d’esprit ?

Retour au bercail

Tout laisse croire que Jean-François Chaumière, conseiller du Premier ministre, serait le candidat du MSM dans la circonscription n° 4, Port-Louis-Nord-Montagne-Longue. Ancien député de cette région, il est davantage présent sur le terrain depuis quelque temps.

Il verra rouge ou… «brown» ?

Lorsque ses chevaux évoluaient chez l’écurie Rameshwar Gujadhur, aucune de ses demandes (de jockey) n’avait obtenu le feu vert du PMO. Avec la démarche entamée pour faire venir le Sud-Africain Sherman Brown pour l’écurie Perdrau, où le principal concerné a depuis élu domicile cette année, on saura si le refus systématique qu’a essuyé l’établissement de Rameshwar Gujadhur au PMO pour l’embauche d’un jockey était, en fait, lié (ou pas) à la présence dans son «yard» du businessman Paul Foo Kune.

A…politique

Une nouvelle direction pourrait s’installer à la tête de l’Islamic Cultural Centre. Les difficultés rencontrées par les pèlerins en Arabie saoudite année après année exaspèrent le gouvernement. Celui-ci souhaite recruter un homme apolitique ayant une longue expérience dans l’organisation du hadj comme le nouvel homme fort de l’ICC.

Ministre romancier

Il ne s’occupe pas que du Metro Express ou de la route Terre-Rouge-Verdun (feuilleton sans fin). Ce ministre en fonction met aussi sur les rails un roman qui se veut historique. L’ouvrage, qui sera lancé jeudi, s’intitule «L’Archipel du Sagrin», en référence à l’histoire chagossienne. Le timing de ce lancement intervient alors que les auditions concernant le dossier Chagos devant la Cour internationale de justice de La Haye doivent commencer le mois prochain. Pour l’heure, les détails, qui sont gérés avec le concours de l’agence Immedia, sont jalousement gardés.

Jhugroo l’embarrassant

Il ne s’agit pas du ministre Mahen Jhugroo, ni de son cousin Premhans Jhugroo, Senior Chief Executive, ni encore de Krishna Jhugroo, Deputy Commissioner of Police. Mais ces trois proches se trouvent grandement embarrassés par leur cousin Sunil Jhugroo, ancien président de la coopérative de Vacoas. Les trois Jhugroo rougissent dès lors que le quatrième nommé critique le ministre Sunil Bholah.

En ballotage

Le président du conseil du district de Rivière-Noire Steeve Magdelaine fait-il toujours l’unanimité ? Il y a eu plusieurs consultations entre les conseillers pour savoir qui sont ceux qui continuent à le soutenir. Ce conseiller d’Albion a été élu à la présidence après qu’une motion avait renversé Véronique Govind- Leu. Bientôt, on saura s’il pourra garder son siège.

Déjà en campagne

Alors que les dates des élections villageoises ne sont pas encore connues, certains conseillers se sont, eux, déjà lancés dans leur campagne. Les descentes sur le terrain et inaugurations diverses sont de rigueur. Les campagnes de dénigrement contre les opposants sont également au menu.

Bien fait pour lui

Il est peut-être un pilote, mais il n’est pas l’un des leurs. Un commandant de bord de la compagnie nationale, un protégé de la direction, avait été retiré du «roster» après avoir enfreint les règlements de l’aviation civile. Lorsqu’il a repris le boulot, c’était en tant que copilote. La communauté des pilotes accueillerait favorablement cette rétrogradation.

{{title}}

{{#if summary}}

{{summary}}

{{/if}} {{#if image}}
{{image.alt}}
{{/if}} {{{body}}}
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires