Sandra Lincoln: «Mettre l’information à la portée de tous grâce au Reporting intégré»

Avec le soutien de
Sandra Lincoln, Investor Relations du groupe ENL.

Sandra Lincoln, Investor Relations du groupe ENL.

En ce début d’année financière, les sociétés cotées en Bourse soumettent leur rapport financier. Sandra Lincoln, une des chevilles ouvrières de la production de ces rapports à ENL, fait part de l’importance de cet exercice.

Vous êtes responsable de la politique du groupe ENL en matière de préparation, de rédaction et de diffusion de son rapport financier annuel. Parlez-nous en.

Le groupe et ses principales filiales sont cotés à la Bourse de Maurice et comptent plusieurs milliers d’actionnaires. En créant la fonction d’Investor Relations, il y a trois ans, ENL a tenu à démon- trer son engagement à promouvoir une relation de qualité avec ses actionnaires. Les Investor Relations ont une responsabilité stratégique qui intègre les disciplines de la finance, la communication, le marketing et une bonne maîtrise des règles boursières. Le but ultime est d’assurer une communication réciproque entre ENL et ses actionnaires afin que le processus de création de valeur par le groupe soit facilement compris par ces derniers.

Y a-t-il un rapport géné- ral qui tient compte de la performance de toutes les unités du groupe ou bien existe-t-il des sociétés dont le statut nécessite la présentation d’un rapport financier spécifique ?

Le rapport annuel d’ENL Limited, qui est la holding du groupe, est celui qui rend compte de la performance et des perspectives de toutes les sociétés. Celles qui sont cotées en Bourse produisent aussi des rapports annuels qui sont publiés et remis à leurs actionnaires respectifs. Ces documents sont aussi consultables sur le site web d’ENL. 

Pourquoi la publication de ce document est-elle si importante ?

C’est un rendez-vous pris avec les actionnaires et autres parties prenantes de l’entreprise. C’est un outil de communication qui rend compte de la gouvernance, de la performance et des perspectives d’avenir de l’entité.

La stratégie sur les plans business, humains, de la gestion des risques, l’engagement citoyen y est explicitée. Cela permet de remettre en contexte et en perspective la vie de l’entreprise et d’avoir un regard sur l’avenir, tout en comprenant mieux les enjeux auxquels celle-ci est confrontée.

Cet exercice est aussi l’occasion de démontrer comment l’entreprise a été innovante, connectée et engagée avec ses parties prenantes. L’idée est de mettre l’information à la portée de tous et d’expliquer comment l’entreprise crée de la valeur pour ses parties prenantes. Aujourd’hui, on parle de reporting intégré.

Vu le volume de travail que représente la publication de rapports financiers, quelles sont les compétences impliquées dans la réalisation d’un tel projet ?

C’est avant tout un travail d’équipe qui met à contribution une diversité de compétences et de talents. Les équipes de management, de la filière financière, les company secretaries, le pôle associé à la ges- tion des risques, le développement durable, les ressources humaines, la communication et le marketing sont des maillons clés de la chaîne de l’information. Structurer le rapport et en coordonner la production demandent nécessairement une bonne connaissance du groupe, des compétences et de l’expérience dans la gestion de projets ainsi qu’une bonne relation avec les intervenants et les contributeurs.

Comment le budget consacré à la réalisation des rapports financiers annuels a-t-il évolué ces cinq à dix dernières années ?

ENL a intégré dans sa stratégie des considérations par rapport au développement durable. C’est pourquoi nos rapports annuels sont imprimés sur du papier recyclé. Nous encourageons fortement nos actionnaires à opter pour la réception d’une copie de nos publications par voie électronique. Cela permet de limiter les coûts liés à l’impression.

Quel est l’apport de l’écriture numérique dans la production de vos rapports financiers annuels ?

Depuis quelques années, nous avons adopté le numérique. Nous développons des mini-sites Web pour chacun de nos rapports annuels. À travers ces mini-sites, les internautes accèdent à l’information qui les intéresse. En quelque sorte, nous proposons un rapport annuel à-lacarte. Nous avons d’ailleurs une section dédiée aux investisseurs, intégrée à l’ensemble du site web d’ENL, qui reprend les publications et informations qui pourraient intéresser nos actionnaires et investisseurs potentiels.

Nous tenons à cette présence numérique qui contribue à rendre l’information liée au groupe plus accessible et interactive, tout en respectant les règles boursières. Cette initiative est une illustration de la politique de communication du groupe qui prône l’accessibilité et la transparence.

Pourquoi les rapports financiers sont-ils rédigés uniquement en anglais ?

Les rapports annuels sont des publications obligatoires et nous tenons à le faire dans la langue officielle du pays qui est l’anglais.

L’utilisation d’autres langues pourrait-elle contribuer à augmenter le nombre de personnes susceptibles de s’intéresser à la lecture de vos rapports financiers ?

Possiblement. Mais comme toute chose, il y a des arbitrages à faire. Produire des rapports annuels en davantage de langues demande encore plus de ressources.

Chaque année, le cabinet d’experts-comptables PricewaterhouseCoopers (PwC) récompense les rapports ayant fait preuve d’innovation dans la présentation et le contenu. Quels sont les changements occasionnés par votre participation à ce concours ?

Les Corporate Reporting Awards, devenus un rendez-vous annuel de la communauté des affaires, ont été créés par PwC dans le but d’améliorer le niveau de reporting des entreprises. PwC encourage les entreprises à dépasser le minimum requis et à adopter le reporting intégré au sein de leurs rapports annuels. Dans la même mouvance, le nouveau Code of Corpo- rate Governance 2016 recommande aux entreprises d’adopter le reporting intégré en suivant les principes de la Global Reporting Initiative ou ceux de l’Integrated Reporting.

Ce concours nous permet de nous comparer aux autres acteurs du marché afin d’évaluer notre progression en matière de reporting. Pour ENL, être confronté de façon annuelle à la revue critique d’un panel de jury indépendant nous per- met d’avoir une autre perspective. Cela nous permet de nous remettre en question afin de mieux répondre aux besoins d’information de nos parties prenantes, cela afin qu’ils comprennent mieux comment nous créons de la valeur chez ENL.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires