Rassemblement anti-LGBT: Javed Meetoo explique qu’il «priait»

Avec le soutien de
Javed Meetoo a été interrogé «under warning» pendant plus de deux heures aux Casernes centrales. © Aurelio Prudence

Javed Meetoo a été interrogé «under warning» pendant plus de deux heures aux Casernes centrales. © Aurelio Prudence

«Péna okenn répros ziska ler…» L’homme religieux Javed Meetoo, pressé de questions par des journalistes à l’issue de son interrogatoire under warning aux Casernes centrales, hier, jeudi 7 juin, a indiqué qu’il ne fait l’objet d’aucune accusation. 

Celui que la police soupçonne d’être le meneur de la manifestation anti-LGBT illégale à la place d’Armes, samedi 2 juin, a été interpellé à son domicile, à Vallée-Pitot, en fin d’après-midi par la Criminal Investigation Division (CID). Mis en présence des faits qui lui sont reprochés, notamment qu’il a pris part à la manifestation illégale, Javed Meetoo a expliqué qu’il s’était rendu à la place d’Armes samedi pour faire le «namaz» (prière). 

Il avait, au préalable, ajoute-t-il, lancé une invitation sur Facebook. Javed Meetoo a d’ailleurs avancé ne pas connaître les personnes présentes lors du rassemblement samedi dernier. Il devait ajouter qu’au cours de cette assemblée, il n’était à aucun moment question de faire du désordre. De souligner qu’il a, au contraire, demandé à ceux présents de garder leur calme. 

Nouvelle convocation

L’interrogatoire de Javed Meetoo, qui était accompagné de son homme de loi, Me Raouf Gulbul, a duré plus de deux heures. Les éléments du Central CID étaient épaulés par des enquêteurs de la CID de la Metropolitan Police de la division Sud. 

Et selon une source proche de l’enquête, il est fort probable que Javed Meetoo soit convoqué une nouvelle fois  aux Casernes centrales pour donner des informations supplémentaires. Après quoi le CCID transmettra le dossier au bureau du Directeur des poursuites publiques. Ce dernier décidera de la suite à donner à cette affaire. 

Entre-temps, il est prévu que d’autres personnes présentes à la place d’Armes samedi soient convoquées au CCID pour y être interrogées. De son côté, l’inspecteur Shiva Coothen, responsable de la cellule de communication de la police, a déclaré que d’autres interpellations sont à prévoir dans le cadre de cett enquête.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires