Freedom of Information Act: il faudra encore attendre…

Avec le soutien de
Au dire du Premier ministre, «une telle loi hautement sensible a plusieurs implications administratives, légales et institutionnelles».

Au dire du Premier ministre, «une telle loi hautement sensible a plusieurs implications administratives, légales et institutionnelles».

À quand la Freedom of Information Act, promise dans le manifeste électoral de l’alliance Lepep en 2014 ? Plus de trois ans se sont écoulés et toujours aucun signe de ce projet de loi. Et au vu de la réponse du Premier ministre, Pravind Jugnauth, hier, mardi 10 avril, au Parlement, ce n’est pas pour de sitôt…

Le chef du gouvernement a été interrogé à ce sujet par le député du MMM, Aadil Ameer Meea. «Une telle loi hautement sensible a plusieurs implications administratives, légales et institutionnelles», a déclaré Pravind Jugnauth, ajoutant que cela nécessite pas mal de recherches. 

Dans la foulée, le Premier ministre a indiqué qu’«il faut aussi nous inspirer de l’expérience d’autres pays qui ont déjà adopté une telle loi». Il s’agit surtout de «comprendre ce qui n’a pas marché et pourquoi les résultats voulus n’ont pas été obtenus».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires