Affaire Platinum Card: Ameenah Gurib-Fakim contre-attaque

Avec le soutien de

Pas question pour elle d’être l’agneau qu’on envoie à l’abattoir… Ameenah Gurib-Fakim ne compte pas démissionner de la présidence. Elle l’a fait savoir dans un communiqué ce mercredi 14 mars. Reste à voir quel sera le prochain «move» du gouvernement.

Communiqué de la présidente: les précisions de l’express

Dans un communiqué ce mercredi 14 mars, la présidente de la République a annoncé qu’elle ne démissionera pas.

Face au communiqué émanant du bureau de la présidente de la République, ce mercredi 14 mars, la rédaction de l’express, qui a dévoilé l’affaire Platinum Card, s’en tient, elle, aux dates et faits, ainsi qu’à l’authenticité des documents que nous avons publiés.

COMMUNIQUÉ : 

À la suite du communiqué de la présidente de la République émis aujourd’hui 14 mars 2018, l’express étant le premier journal à avoir révélé l’affaire Platinum Card, il est de notre devoir envers nos lecteurs et le public en général de préciser les points suivants : 

Nous avons appelé Ameenah Gurib-Fakim à deux reprises le 27 février dernier, soit avant la publication du premier article le jour suivant. Le même jour, un e-mail lui a été envoyé à son adresse personnelle ainsi qu’à l’adresse officielle du bureau de la présidence. Le matin du 3 mars, nous avons envoyé un autre courriel à Madame la présidente. En outre, nous l’avons tweetée le 28 février à 9 h 14. 

La présidente de la République confirme avoir remboursé ses achats à crédit en mars 2017. Or, nous tenons à rappeler que l’express a évoqué l’affaire du Planet Earth Instituteen novembre 2016 et les affaires Sobrinho à partir du 1er mars 2017. 

Face au silence d’Ameenah Gurib-Fakim, nous nous sommes alors rendus à la State House à deux reprises, soit lors de la réception donnée en l’honneur des lauréats le 1er mars et au cours du lancement de son livre le 8 mars. Cependant, ces deux tentatives pour l’approcher se sont soldées par un échec. 

Notons aussi que la présidente qui a commencé une campagne de communication sur Twitter, au lieu de répondre à nos questions, a choisi de bloquer notre journaliste qui travaille sur cette affaire depuis 2016.

Nous laissons aux lecteurs le soin de juger le communiqué de la présidente de la République. Pour nous, ce qui importe, ce sont les dates et les faits ainsi que l’authenticité des documents que nous avons publiés (qui n’ont jamais été mis en doute malgré l’ultimatum de 24 heures lancé le 2 mars 2018). 

La rédaction de l’express.

Soodhun: «La dernière fois que j’ai parlé de la présidente, j’ai reçu une claque…»

Showkutally Soodhun n’a pas voulu s’exprimer sur le communiqué de la présidente.

On ne l’y prendra pas deux fois. Il n’est pas question pour Showkutally Soodhun de s’exprimer sur le communiqué de la présidente de la République, ce mercredi 14 mars. «La dernière fois que j’ai parlé de la présidente, j’ai reçu une claque», lâche le député du n°15, La Caverne–Phoenix.

Lire la suite de l'article: Soodhun: «La dernière fois que j’ai parlé de la présidente, j’ai reçu une claque…»

Destitution de la présidente: ce que prévoit l’article 30(3) de la Constitution

Prestation de serment d’Ameenah Gurib-Fakim comme présidente de la République.

Le prochain «move» du Premier ministre est attendu avec impatience. Que fera Pravind Jugnauth après que la présidente de la République a annoncé qu’elle ne démissionnera pas, ce mercredi 14 mars ? Dans un communiqué émis par son bureau, elle a, en effet, récusé les allégations portées contre elle dans l’affaire Platinum Card, indiquant qu’elle «rejette toute perspective de démission».

Lire la suite de l'article : Destitution de la présidente: ce que prévoit l’article 30(3) de la Constitution

Affaire Platinum Card: la présidente a dépensé USD 26 000 par «inadvertance»

«Accusations calomnieuses», «attaques infondées», «fausses allégations»…c’est ainsi que la présidence de la République décrit l’affaire Platinum Card dans un communiqué, ce mercredi 14 mars. Annonçant qu’elle ne démissionnera pas et qu’elle est «prête à intenter une action en justice». Pourtant, le Premier ministre, Pravind Jugnauth, avait annoncé le 9 mars, que la présidente lui avait confié qu’elle comptait démissionner de ses fonctions.

À en croire le communiqué émis par le bureau de la présidente, elle aurait confondu deux cartes similaires, délivrées par la même banque, qu’elle avait en sa possession. L’une d’entre elles lui avait été confiée par le Planet Earth Institute (PEI) en mai 2016 pour financer «ses déplacements et autres dépenses logistiques» dans le cadre de sa mission pour «diriger une campagne de sensibilisation visant à développer les capacités scientifiques (…) sur le continent africain». 

Il est précisé dans le communiqué que lorsque la présidente a réalisé qu’elle avait utilisé «par inadvertance» la carte du PEI «pour des dépenses extérieures au cadre de sa mission», elle a contacté l’organisme afin de rembourser la somme dépensée, soit «26 000 USD». La présidente «n’a DONC jamais reçu Ni cadeaux, Ni faveurs, Ni salaires ou frais de PEI, ni bénéficié d’avantages inclus».

Ameenah Gurib-Fakim soutient avoir des preuves pouvant corroborer ce document. Elle dit trouver cela surprenant qu’elle fasse «l’objet d’attaques aussi violentes et cruelles un an plus tard». Le document précise également que la présidente n’a rien se reprocher et que sa mission pour la PEI, qu’elle effectuait de manière «bénévole», s’est terminée le 20 mars 2017.

«Démission» de la présidente: «Pravind Jugnauth a induit la population en erreur», dit Ramgoolam

Le leader du PTr est catégorique. Le Premier ministre a fait preuve d’«un amateurisme extraordinaire», clame Navin Ramgoolam. Comment se fait-il qu’il a annoncé la démission de la présidente de la République vendredi 9 mars et que cette dernière affirme, ce mercredi 14 mars, qu’elle ne s’en ira pas ? «Il est clair que le Premier ministre doit démissionner lui-même. Il a induit la population en erreur.» Dans la foulée, Navin Ramgoolam se prononce contre un amendement constitutionnel pour faire partir Ameenah Gurib-Fakim.

Alan Ganoo: «Beaucoup dépendra de ce que dira la présidente devant le tribunal»

«Le Premier ministre se trouve dans une situation embarrassante.» D’autant plus, souligne Alan Ganoo, que c’est bel et bien Pravind Jugnauth qui a annoncé à la population, lors d’une conférence de presse, vendredi 9 mars, que la présidente de la République démissionnera «peu après les célébrations du 50e anniversaire de l’indépendance mais définitivement avant la rentrée parlementaire».

Lire la suite de l'article: Alan Ganoo: «Beaucoup dépendra de ce que dira la présidente devant le tribunal»

Affaire Platinum Card: «La présidente doit s’expliquer devant un tribunal», dit Me Yousuf Mohamed

Ameenah Gurib-Fakim «rejette toute perspective de démission» et elle n’a «rien à se reprocher». C’est ce que nous pouvons lire dans un communiqué émanant de la présidence de la République, ce mercredi 14 mars, concernant l’affaire Platinum Card.

Or, selon Me Yousuf Mohamed, QC, «si la présidente ne souhaite pas démissionner, il faudra mettre sur pied un tribunal pour traiter cette affaire. Et dans ce cas, c’est le Premier ministre qui devra demander l’autorisation au Parlement afin que la présidente s’explique sur cette affaire. Je suis disposé à contre-interroger Ameenah Gurib-Fakim».

Xavier-Luc Duval: «Il faut une commission d’enquête sur toute l’affaire Sobrinho»

Hurreeram «n’a pas suivi l’actualité», Jhugroo n’a rien à dire

Certains, du côté de la majorité, préfèrent jouer la carte de la présidence. À l’instar du Chief Whip, Bobby Hurreeram. Interrogé sur le communiqué de la présidente de la République, qui déclare noir sur blanc qu’elle ne démissionnera pas, il explique «ne pas avoir eu l’occasion de suivre l’actualité jusqu’à présent». Indiquant que ce n’est qu’après avoir reçu ses mandants qu’il fera une déclaration «un peu plus tard».

De son côté, le ministre du Logement et des terres, Mahen Jhugroo, choisit de ne pas polémiquer. «Je ne veux pas faire de déclaration», dit-il.

Ajay Gunness: «Nous demandons la démission de Pravind Jugnauth et de Collendavelloo»

Pour Ajay Gunness, «le Premier ministre a reçu une claque magistrale de la part de la présidente».

Le secrétaire général du MMM, Ajay Gunness, est catégorique. «Face à cette nouvelle situation, nous pensons que ce n’est pas seulement Ameenah Gurim-Fakim qui doit s’en aller, mais aussi le Premier ministre, Pravind Jugnauth, et le Premier ministre adjoint, Ivan Collendavelloo.»

Pour les mauves, il est clair que le chef du gouvernement ne sait pas diriger le pays. «C’est de l’amateurisme!» Ce qui est sûr, poursuit Ajay Gunness, c’est que «le Premier ministre a reçu une claque magistrale de la part de la présidente».

Le seul moyen de faire partir la présidente, à ce jour, est de se baser sur la Constitution, affirme le secrétaire général du MMM. Les mauves sont toutefois contre tout amendement à la Constitution visant à faire partir Ameenah Gurib-Fakim. «J’espère que la présidente va dire toute la vérité dans son affidavit.»

Ameenah Gurib Fakim «rejette toute perspective de démission»

Elle ne démissionnera pas. La présidente de la République l’a fait clairement savoir par le biais d’un communiqué émis par son bureau, ce mercredi 14 mars. Elle «rejette toute perspective de démission» dans le cadre de l’affaire Platinum Card et se dit même «prête à intenter une action en justice pour se défendre contre les accusations calomnieuses qui la visent».

Lire la suite: Ameenah Gurib Fakim «rejette toute perspective de démission»

Démission éventuelle de la présidente: «Éna enn vag sinpati ki pé lévé dan Moris»

Bain de foule pour la présidente, hier, mardi 13 mars, lors de la Garden Party au Réduit.

«Si nou kalkil moralité versus moralité, madam-la so moralite pasé…» Raouf Khadabacus est catégorique. La présidente de la République n’a rien fait de mal dans l’affaire Platinum Card. Et il a tenu à le lui dire, hier, mardi 13 mars, lors de la Garden Party. «Éna enn vag simpathie ki pe levé dan Moris.»

Lire la suite de l'article: Démission éventuelle de la présidente: «Éna enn vag sinpati ki pé lévé dan Moris»

Affaire Platinum Card: les tractations avec la présidente rendues publiques?

Interrogée par la presse mardi 13 mars sur son éventuelle démission, la présidente a déclaré : «Je vous ferai savoir dans quelque temps.»

Il aurait été convenu qu’elle démissionne demain, jeudi 15 mars. Sauf que la présidente de la République ne semble plus l’entendre de cette oreille. Devant ce revirement, le Premier ministre pourrait dévoiler les tractations avec Ameenah Gurib-Fakim, la semaine dernière, à l’issue desquelles elle aurait accepté de quitter Le Réduit.

Lire la suite de l'article: Affaire Platinum Card: les tractations avec la présidente rendues publiques?

{{title}}

{{#if summary}}

{{summary}}

{{/if}} {{#if image}}
{{image.alt}}
{{/if}} {{{body}}}

Un nouveau scandale défraie la chronique depuis le mercredi 28 février à Maurice. Cette fois-ci cela concerne ni plus ni moins la garante de notre Constitution, son excellence Ameenah Gurib-Fakim, présidente de la République. Elle a dépensé plusieurs centaines de milliers de roupies pour des achats personnels, entre autres, sur une carte de crédit Platinum offerte par la Planet Earth Institute, la fondation d’Álvaro Sobrinho, homme d’affaires angolais hautement controversé. Retrouvez tous les articles concernant cette affaire dans notre dossier spécial : Platinum Card. Une enquête exclusive de l’express.

D'autres articles »

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires