Curepipe: le collège Imperial lui refuse l’admission à cause d’un ancien piercing

Avec le soutien de
Sébastien Permal lisant la lettre d’attribution du collège Imperial.

Sébastien Permal lisant la lettre d’attribution du collège Imperial.

Il est accroupi sur le canapé, le regard perdu dans le vide. Lui, c’est Sébastien, 11 ans. Cela aurait dû être une période de fêtes et de réjouissances pour le garçon qui a décroché quatre unités au Primary School Achievement Certificate. Mais côté admission, le sort, ou plutôt la direction du collège Imperial, est d'un autre avis.

La direction de cet établissement situé à Forest-Side lui reproche en effet d’avoir fait un piercing à l’oreille alors qu’il était en bas âge et lui a, par conséquent, refusé l’admission au collège. «Ils me font payer pour une décision que mes parents ont prise quand j’étais petit. J’avais envie d’aller au collège Imperial», lâche l’enfant dont les vacances ont été perturbées.

Discrimination

Ajagen Permal et son épouse, Valérie, les parents de Sébastien, se disent révoltés, d’autant plus que les règlements du collège font état de piercings récents. Ces habitants de Camp-Caval, Curepipe, ont fait une déposition au poste de police de la localité et au bureau de l’Ombudsperson for Children contre ce qu’ils jugent être une discrimination.

«Il a travaillé dur et c’est comme ça qu’il est récompensé de ses efforts, d’autant plus que la trace du piercing n’est plus visible», martèle Valérie Permal. La jeune mère explique qu’ils sont désormais dans le flou. «Le ministère nous avait fait comprendre que nous aurions une solution d’ici la fin de cette année, mais il n’en a rien été.»

Frustration

Cette situation fait que les parents n’ont pu acheter de fournitures scolaires. Pourtant, ils étaient, au début, soulagés que le collège Imperial ait été attribué à leur fils. Le 19 décembre, soit le jour des admissions, leur joie a été remplacée par l’incompréhension et la frustration.

De son côté, Rita Venkatasawmy, l’Ombudsperson for Children, confirme qu’une enquête a été ouverte au motif de discrimination. Elle s’est rendue elle-même au collège pour rencontrer le recteur, mais ce dernier n’a pas été réceptif à son appel.

L’express a également tenté de joindre le recteur, toutefois nos tentatives sont restées vaines.

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires