And the winner is? La cuisine!

Avec le soutien de
Les Jhugroo, à l’instar du nouveau ministre du Logement, constituent un solide pilier dans l’exercice du pouvoir par la cuisine.

Les Jhugroo, à l’instar du nouveau ministre du Logement, constituent un solide pilier dans l’exercice du pouvoir par la cuisine.

Un grand gagnant à court terme dans tout ce remue-ménage auquel on a assisté depuis la démission de Showkutally Soodhun. Ce winner n’est nul autre que la fameuse cuisine.

En effet, la cuisine a réalisé quelques grands coups. Tout d’abord, elle prend contrôle du portefeuille des Terres, ministère qui gère tous les biens fonciers de l’État, surtout sur le littoral. Avec l’importance qu’a prise l’industrie touristique dans la société mauricienne et les revenus qu’elle génère, les terres appartenant à l’État sur le littoral représentent un potentiel de plusieurs centaines de milliards de roupies.

À partir de la signature du ministre octroyant un bail, c’est tout un projet grandiose à coups de milliards qui se dégage sur la plage. Qui aurait cru qu’il était possible de monter un business sur la plage de Pomponette ? Pourtant, cette plage va abriter un luxueux hôtel dans quelques mois. La nomination de Mahen Jhugroo comme ministre du Logement et des terres représente pour la cuisine l’une de ses acquisitions les plus prometteuses.

Le ministère du Logement et des terres dispose aussi d’énormes ressources pour réaliser des projets pouvant assurer le clientélisme politique. La construction de logements par l’État dans des régions ciblées sert surtout à gagner des votes. Il est sûr et certain maintenant que des logements seront construits sur une grande échelle dans la circonscription de Moka–Quartier-Militaire, région qui bénéfice d’un intense et généreux «patronage» politique depuis un certain temps.

Les Jhugroo constituent un solide pilier dans l’exercice du pouvoir par la cuisine. Un cousin, Premhans, est Secretary for Home Affairs et de cette position névralgique, il contrôle tout ce qui a trait à l’appareil d’État, dont la police, la SMF, l’ADSU, les prisons. Un autre cousin, Krishna, s’apprête à assumer les fonctions de commissaire de police.

La symbolique nomination de Fazila Daureeawoo sur le Front Bench du gouvernement a donné l’occasion à la cuisine de consolider davantage son emprise sur le gouvernement. La cuisine ne fait pas grand cas de l’opinion publique car elle est focalisée que sur un objectif : comment étendre son pouvoir et en profiter au maximum.

Ainsi, outre la montée en force de Jhugroo, l’opération consistant à enlever le portefeuille de l’Égalité du genre des mains de Fazila Daureeawoo et le confier à Roubina Jadoo-Jaunbocus a été orchestrée par la cuisine. Car si la seniority rendait légitime la nomination de Fazila Daureeawoo sur le Front Bench, c’est Roubina qui est la préférée. On lui a donné un ministère très important avec un fort potentiel de mobilisation politique.

Dans ce contexte, on se souviendra sans doute de l’immense soutien pour le MSM et plus tard pour le Parti travailliste que Sheila Bappoo pouvait générer à partir de son ministère. Roubina Jadoo-Jaunbocus est un personnage charismatique, pimpant, éminemment photogénique et politiquement hyper-agressif qui dispose d’un potentiel d’épanouissement dont rêverait tout spin doctor aimant son métier.

Elle a réalisé l’exploit de se faire élire au no2 malgré les forces combinées du Labour et du MMM, battant le candidat rouge Razack Peeroo de 2 000 votes. Toutefois, la nouvelle ministre doit pouvoir neutraliser l’effet commission sur la drogue.

La cuisine gagne en substance avec Jhugroo et Roubina Jaunbocus. La cuisine gagne en symbole avec Fazila Daureeawoo. Cette dernière se voit confier dorénavant un tout petit ministère qui ne dispose pas de moyens pour changer la vie des Mauriciens vivant sous différentes administrations régionales dont le budget est consacré essentiellement au paiement des salaires. Quant aux îles, dont Agalega, leur destin sera décidé ailleurs, certainement pas au ministère de Fazila Daureeawoo.

On dit que la cuisine avait enclenché d’intenses et redoutables manœuvres pour faire partir sir Anerood Jugnauth au début de l’année. Il est amplement clair que la cuisine a de plus en plus marginalisé La Caverne. L’absence de sir Anerood Jugnauth lors de la prestation de serment au Réduit le jeudi 16 novembre a été diversement commentée. Mais ce qui est plus qu’évident, c’est qu’il existe une énorme différence de culture entre les patrons de la cuisine et sir Anerood.

La cuisine croit dans l’efficacité plutôt que des états d’âme. La nomination de Roubina Jadoo-Jaunbocus symbolise bien le peu de cas que la cuisine fait de l’opinion publique. Ce qui compte c’est l’efficacité dans les résultats car on est encore en novembre 2017 et les élections générales pourraient être tenues aussi loin qu’en avril 2020. En attendant, que la cuisine fasse autant d’acquisitions que possible comme au jeu de Monopoly. Même si on court un tout petit risque de go to jail.

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires