Propos incitant à la haine raciale: Pravind Jugnauth enquête sur un ministre

Avec le soutien de
Le Premier ministre n’a pas caché son agacement vis-à-vis du ministre en question et a remercié l’express de n’avoir pas diffusé la vidéo.

Le Premier ministre n’a pas caché son agacement vis-à-vis du ministre en question et a remercié l’express de n’avoir pas diffusé la vidéo.

Le Premier ministre a reçu à son bureau, hier après-midi, mardi 7 novembre, Nad Sivaramen, directeur des publications de La Sentinelle, et le journaliste Axcel Chenney. Ces derniers avaient sollicité cette rencontre pour lui exposer une vidéo filmée en caméra cachée sur laquelle un ministre du Mouvement socialiste militant (MSM) tient des propos à fort relent communal avant d’annoncer des mesures discriminatoires pouvant inciter à la haine raciale.

La vidéo en question, dans laquelle l’on voit clairement le ministre avec ses interlocuteurs, dont un dirigeant d’un organisme parapublic et des conseillers, a été filmée dans le boardroom d’un ministère par un groupe d’habitants venu rencontrer le ministre afin de lui faire part des problèmes de quartier.

«Face à la dureté des propos du ministre et les répercussions éventuelles sur le tissu social en cas de diffusion, l’express, en tant que journal responsable et ayant à cœur l’intérêt national et la paix sociale, a pris l’engagement de ne pas publier la vidéo mais d’en informer le Premier ministre pour qu’il en assume les conséquences si jamais cette vidéo est diffusée sur les réseaux sociaux», a fait ressortir Nad Sivaramen à Pravind Jugnauth. De son côté, Axcel Chenney a souligné «le risque de diffusion, vu que cette vidéo nous a été remise par une source sur laquelle nous n’avons aucun contrôle».

Malgré la séance parlementaire et la sollicitation de dernière minute, Pravind Jugnauth a tenu à recevoir les deux journalistes dans son bureau à 16 h 30 et la vidéo lui a été montrée. Il n’a pas caché son agacement vis-à-vis du ministre en question et a remercié l’express de n’avoir pas diffusé la vidéo.

Le chef du gouvernement a ajouté avoir «entendu parler de cette vidéo», mais il ne l’avait pas vue ni entendue jusqu’à hier. En présence de l’un de ses proches collaborateurs, le Premier ministre a promis d’aller au fond de cette affaire.

Lors de cette rencontre de 45 minutes, d’autres sujets d’actualité: l'’affaire Sobrinho, le début houleux des travaux parlementaires du jour, la campagne au n°18, entre autres, ont été abordés à bâtons rompus.

Publicité
Publicité

On le croyait invincible et intouchable après que ses nombreuses frasques qui ont défrayé la chronique depuis le début de son mandat et qui sont passées sans qu’on le sanctionne. Mais Showkutally Soodhun s’est résigné à donner sa démission d’un «commun accord» avec le Premier ministre Pravind Jugnauth, après qu’une vidéo dans laquelle il tient des propos à relent communal a été publiée. Retour sur le scandale qui a fait tomber le n°4 du gouvernement.

D'autres articles »

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires