[Audio] Vols d’Air Mauritius annulés: «On prendra des sanctions», prévient le CEO Somas Appavou

Avec le soutien de
Le Chief Executive Officer d’Air Mauritius était face à la presse, ce vendredi 6 octobre.

Le Chief Executive Officer d’Air Mauritius était face à la presse, ce vendredi 6 octobre.

Somas Appavou est un homme en colère. Huit vols aller-retour d’Air Mauritius ont été annulés hier, jeudi 5 octobre, une douzaine de pilotes étant «souffrants». Une situation que le directeur général trouve inacceptable, d’autant qu’un millier de passagers ont été pénalisés. Une enquête a été instituée pour situer les responsabilités. «Si besoin est, on prendra des sanctions», prévient-il.

Le Chief Executive Officer (CEO) d’Air Mauritius était face à la presse, ce vendredi 6 octobre, au Paille-en-Queue Court, à Port-Louis. «Un petit groupe d’employés tient en otage nos clients, notre compagnie, notre pays.» De lancer à l’égard des pilotes concernés : «J’espère qu’ils savent ce qu’ils font.» Mais une chose est sûre : il n’est pas question pour lui de capituler «Nous n’accepterons jamais le chantage.»

Somas Appavou explique qu’hier, au vu de la situation «exceptionnelle», il a immédiatement déclenché une réunion de crise «afin d’en minimiser l’impact». D’après les premières informations, souligne-t-il, il s’agirait d’une «action concertée» de pilotes mauriciens et étrangers. Cela, précise le CEO, a eu des «conséquences financières importantes», bien qu’il soit trop tôt pour avancer de chiffre précis. «Ce qui s’est passé est grave. Très grave.»

S’il salue les valeurs et le professionnalisme des quelque 200 pilotes que compte la compagnie, Somas Appavou avance qu’il y a des instances appropriées pour régler les différends. À ce stade, la priorité reste les clients. «Je fais un appel à nos collègues pilotes, ressaisissez-vous !»

Publicité
Publicité

Des pilotes étaient malades, d’autres indisponibles. Résultats des courses, plusieurs vols annulés, des centaines de passagers mécontents, les contrats de trois pilotes résiliés, la menace de sanctions contre la compagnie nationale d’aviation par la Fédération internationale des associations de pilotes de ligne et, pour clôturer le tout, cet ordre d’expulsion du territoire à l’encontre d’un des pilotes étrangers émanant du bureau du Premier ministre. En l’espace de trois jours, Air Mauritius (MK), qui a souvent connu des turbulences, est passée par l’une des pires crises de son existence. Alors que la communication officielle de MK parle d’une ligne de communication établie entre la direction et les pilotes, les dernières rumeurs font état d’une charge de complot qui pourrait peser sur certains de ces membres d’équipage. Une affaire à suivre…

D'autres articles »

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires