Chemin-Grenier - Antoine Poule : un amour pour les ‘ros cari’

Avec le soutien de
À 86 ans, Antoine Poule ne manque pas une occasion de partager son savoir-faire.

À 86 ans, Antoine Poule ne manque pas une occasion de partager son savoir-faire.

Ils sont trois générations dans la famille Poule, de Chemin-Grenier, à avoir transformé des blocs de pierre en ‘ros cari’. À 86 ans, Antoine Poule raconte son métier, un travail qu’il a appris de son défunt père et que lui, à son tour, a transmis à son fils Jean Pierre.

Avec nostalgie, Antoine raconte qu’il a grandi en regardant son père besogner. «Lontan, letan mo papa ti pe aranz so ros, li ena so ti langaz pou li. Letan li tap so kout sizo, li koz avek baba la pou ki so travay deroule», raconte Antoine Poule.

Avant de suivre les pas de son père, Antoine a travaillé comme maçon dans des usines sucrières. Il avoue qu’il a tout le temps travaillé avec des rochers et des pierres. Même à l’usine il construisait des murs en pierre, des voûtes et des pavages.

«Monn travay tablisman St Félix depi 14 an ziska 60 ans. Mo ti mason. Monn mont miray an ros, la vout an ros et an brik. Mem kan monn aret travay St Felix, monn al mont miray Balaclava, Pointeaux- Piments, Belle-Vue-Mauricia et Riambel. Inpe partout monn travay.» Mais ce n’est qu’après avoir pris sa retraite qu’il décide de se consacrer entièrement à ce métier.

C’est avec fierté qu’il raconte qu’il reçoit des commandes même de l’étranger. Il ne fait pas que des roches à cari, il fabrique également des ‘ros lavé’, des bornes ainsi que mortiers et autres pilons. «Mo mem mo pa kapav konte komie ros monn ranze. Mo bann ros in al Angleterre, Australie ek la France

Pour lui, il faut de tout pour pouvoir tailler des rochers. Outre les outils qui sont nécessaires, il faut de la patience et un amour pour le métier. «Ou bizin ena pasians pou al rod ou ban ros dan kann. Ou bizin ena ou sizo, tayon, pwint maset, marto, bosar. Apre ou bizin ena enn lamour pou sa metie la. Si ou pena lamour ou pa pou kapav.»

Il raconte qu’auparavant, il était plus facile de trouver les rochers dans les champs de canne. Mais avec le temps et les constructions, il faut partir à la chasse des rochers et pierres. «Lontan ti pe gagn ros fasil. Ou gagn ban mel dan kann. Aster kamion kas tou.»

Mais comment choisit-il ses rochers ? «Kan ou travay ladan ou fini kone ki ban ros bon pou travay. Ena tou kalite ros. Ena ros front, ros mort et ros gale. Ros front pli bon. Li obéir kan ou donn li so form. Ban ros gale grene vit. Li pa vinn dan manyer ou rod amen li.»

Des heures et des heures

Il poursuit qu’après avoir trouvé le rocher idéal, il commence par lui donner la forme. «Kan ou fer ros kari, ena so ros mama et so ros baba. Ros mama ou donn li enn form karé. Après ou desinn ban la liyn lor li pou ki bann zepis la krase bien. Sinon li pou glise. Apre, pou ros baba, ou pran swa en lamok swa enn konpas ou tras enn rond. Lerla ou commence taille li et ou lime li. Ou bizin travay avek leker pou donn li so form.» Idem pour les mortiers et pilons. Il faut tracer la forme avec un compas avant de pouvoir creuser et faire une courbe. Mais avec un travail acharné, il peut compléter le tout en deux jours.

Il ajoute aussi que le métier n’est pas facile et peut s’avérer dangereux des fois. Il y a aussi des moments de découragement, surtout quand la pierre ne prend pas la forme voulue ou qu’après des heures de travail la pierre se casse à cause des fêlures ou des trous.

«Parfwa kan pre pou fini li kapav kas en de akoz li sofe swa akoz ena trou andan. Ou bien bizin pasians.» Il ajoute aussi qu’il y a le risque de se blesser. «Parfwa zong sorti tou sa. Ou kapav tap maset lor ou lame ou bles ou ledwa. Ek ena bann ti ros saute. Bizin met enn linet kan kass ros. Enn prekosion

Si aujourd’hui Antoine Poule n’a plus la même force pour continuer, Jean Pierre a pris le relais. Ce charpentier de 52 ans, a connu ce métier depuis petit et désormais c’est lui qui accepte les commandes. «Depi monn kit lekol monn apran avek mo papa et mo tonton. Zot inn montre mwa bann teknik.» Et son père s’empresse d’ajouter avec fierté «linn trap lame li osi. Li fek ranz enn ros lave».

Mais d’où sortent les termes ros mama et ros baba ? «Enn zedmo sa. Tipti la so baba, piti kraz mama», lance avec humour Antoine Poule.

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires