Fugue de Karina Bheelor, 14 ans: ma fille avait tout planifié, dit la mère

Avec le soutien de

Leurs photos ont fait la une des journaux. Pour cause, ces deux ados étaient portées manquantes depuis plus de trois semaines. Mais, coup de théâtre : Karina Bheelor, 14 ans, a fini par donner signe de vie. Alors que, Axelle Lorena Matthieu, 12 ans, est finalement rentrée chez elle. Que leur est-il arrivé ? Récit.

À la cité ECD de Balance, à Plaine-Magnien, l’atmosphère est pesante. La mère de Karina Bheelor, 14 ans, attend, «labouzi rouz» en main, chagrin au cœur et désespoir dans le regard, le retour de sa fille, qui a fugué. Assise dans un coin de son séjour, Lina Natchou passe son temps à regarder les photos de son «bébé» et repasse en boucle, dans sa tête, les moments précédant sa disparition. Cette mère de quatre enfants, dont le dernier a 9 ans, essaie toujours de comprendre pourquoi, comment, l’adolescente a quitté le domicile familial. Selon sa maman, Karina avait tout planifié mais ce n’est qu’après coup, comme c’est souvent le cas dans ce genre d’affaire, qu’elle s’en est aperçu.

C’était le samedi 22 juillet. «Elle m’a appelée pour me demander ce que je faisais et à quelle heure j’allais rentrer», explique Lina. Ne se doutant de rien, cette dernière tout a simplement répondu qu’elle était au travail. La femme de ménage devait, ce jour-là, se rendre chez deux autres employeurs avant de regagner son domicile. «Mo ti krwar li pé zis demann mo nouvel. Mo pa ti koné ki li ti pé prepar so fwit sa moman-la», déplore la maman. Depuis cette fugue savamment orchestrée, Lina ne dort plus. Elle craint le pire, les scénarios de film d’horreur défilent dans sa tête.

«Li avek enn dimounn ki nou pa konn ni so figir ni so non...»

Même si, la semaine dernière, Karina lui a… passé un coup de fil. Pour lui dire quoi ? Qu’elle allait bien. Mais Lina n’est pas rassurée pour autant. «Elle avait promis qu’elle viendrait nous voir dimanche. Mais nous avons attendu en vain. Asterla nou pé atann sa dimans-la pou gété si li pou vini…»

Cette maman en détresse s’agrippe à la maigre lueur d’espoir suscitée par cet unique appel, pour essayer d’affronter cette douloureuse épreuve. «Omwin mo koné li bien», ne cesse-telle de répéter, comme pour s’en convaincre. Durant la conversation téléphonique, Karina a laissé entendre qu’elle était à Pointe-aux-Sables, sans donner davantage de détails. «Li’nn dir li kot enn dimounn ki apel James. Mé kan mo’nn démann dimounn, zot inn dir mwa enn fos non sa…»

Le concubin de Lina Natchou, qui souhaite garder l’anonymat, ajoute d’autre part que ce n’est pas la première fois que l’ado fugue. «Lané dernier, li ti fer parey… » Mais il n’est pas en colère. Seulement angoissé. «Li kapav dir li bien, mé kouma nou pou sir ? Li dir li ek enn dimounn ki nou pa konn ni so figir ni so non», fait ressortir cet homme, la tristesse se lisant sur son visage.

Pendant que son concubin s’exprime, Lina, elle, ne quitte pas les photos de sa fille des yeux. Sur l’une, l’ado porte l’uniforme du collège Hamilton et l’autre, celui du collège Lorette de Mahébourg. «Li’nn kit Hamilton pou al Lorette. Li ti pé bien travay lékol. Limem toulétan linn dir li pou aprann seryé-seryé…»

Elle soutient qu’elle a toujours inculqué l’importance de l’éducation à sa fille, d’où le fait que cette dernière a toujours fait de son mieux à l’école. Mais, malgré tout, le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas. Lina se résigne finalement à reconnaître qu’une amourette serait à l’origine de la fugue de sa fille. «J’ai toujours fait de mon mieux, mo travay kot dimounn», pour lui offrir une vie décente. Sa modeste maison a été construite brique par brique, petit à petit. Lina économise une partie de son maigre salaire pour pouvoir avoir remplacer le toit en tôle. Mais le cœur n’y est plus depuis que Karina est partie…

Axelle, elle, est rentrée

Le samedi 22 juillet, la police signalait la disparition d’une autre ado. Axelle Lorena Matthieu, une habitante de Grand-Port âgée de 12 ans, a fini par rentrer chez elle, le mardi 15 août. Sa famille respire de nouveau. Mais aucun de ses proches ne souhaite en dire plus sur les circonstances et les raisons de cette fugue. «C’est désormais chose du passé», se contente-t-on d’affirmer.

«Mo anvi trouv li…»

 Qu’importe les raisons de son acte, les parents de Karina ne souhaitent qu’une chose : qu’elle rentre à la maison, qu’elle revienne. «Mo anvi trouv li», lance ainsi sa maman, au bord des larmes. Lina Natchou a fait une déposition à la police et a donné le numéro à partir duquel sa fille l’a appelée. L’enquête est en cours.

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires