Hector Tuyau: «Je mets ma vie en danger tous les jours...»

Avec le soutien de
Hector Tuyau, principal enquêteur de la commission sur la drogue.

Hector Tuyau, principal enquêteur de la commission sur la drogue.

Ce n’est pas parce que sa tête a été mise à prix que l’assistant surintendant de police, Hector Tuyau, compte ralentir le rythme. Les trafiquants, cela fait des années qu’il a choisi de les combattre sur le terrain. Du coup, il est devenu la cible de plus d’un... Normal, il a déconstruit une mafia.

Pourquoi avoir consigné une «Precautionary Measure» au CCID, vendredi 7 juillet ? De qui avez-vous peur ?
Je ne peux pas vous révéler des informations susceptibles de gêner le bon déroulement des enquêtes en cours. Mais disons que Peroomal Veeren, que j’avais arrêté en 2003, a juré de me faire payer. En prison, j’ai par la suite saisi sa chaîne en or évaluée a environ Rs 1 million. Il ne m’a jamais impressionné, comme tous les autres d’ailleurs, que j’ai arrêtés, dont Gro Derek. Toutefois, certains renseignements précis pointaient vers un complot ourdi pour m’éliminer.

Des avocats ont-ils aussi comploté avec lui ?
Je ne peux pas répondre à cette question.

Hormis Peroomal Veeren, qui peut bien vous en vouloir ?
Vous savez, cela fait des décennies que je suis sur le terrain, soit au sein de l’ADSU ou à la Brigade des jeux, et maintenant à la commission d’enquête sur la drogue. La nature de mon travail fait que je ne me suis pas fait que des amis. Je mets ma vie en danger presque tous les jours. Certes, le public aime bien ceux qui arrêtent les truands. D’ailleurs, dans la rue, les gens me saluent et m’encouragent, mais je reçois aussi des menaces, souvent anonymes. On essaie de m’intimider, en vain. Je ne suis pas du genre à me laisser intimider.

Avez-vous une couleur politique ?
Moi aussi j’ai entendu dire cela plusieurs fois au cours de ma carrière. Quand j’enquêtais sur un mauve, on disait que j’étais anti-MMM, pro-Travailliste. Quand j’enquêtais sur un rouge, on disait que j’étais MMM ou MSM. Maintenant, on dit que je suis anti-MSM. Mais je me pose la question : ce n’est pas le MSM qui m’a nommé là où je suis actuellement. Le combat contre la drogue et la corruption est apolitique. Je suis apolitique. Le combat contre la drogue doit faire partie d’une politique générale et non d’une politique politicienne.

Votre famille craintelle pour votre sécurité et pour la sienne ?
J’ai pris les précautions qu’il fallait. Ma famille me soutient entièrement. Heureusement pour moi, malheureusement pour les trafiquants...


Commission sur la drogue: ça sent la poudre pour les trafiquants

Elle passe à la vitesse supérieure. La commission sur la drogue accélérera la cadence cette semaine, multipliant les interrogations et les investigations.

Après les auditions pour le moins houleuses de Mes Roubina Jadoo et Sanjeev Teeluckdharry, c’est vers les trafiquants, eux-mêmes, que Paul Lam Shang Leen et ses acolytes se tourneront pour démêler l’écheveau du trafic de drogue qui implique des proches des caïds, ainsi qu’une bonne poignée de gardes-chiourmes, des policiers, des avocats, des responsables de casinos et des cambistes. Les avocats, eux, connaîtront quelques jours de répit, si l’on en croit le calendrier établi. Par ailleurs, sollicité à ce propos, Me Samad Golamaully confirme qu’il n’a pas encore reçu de convocation de la commission. Il n’est pas non plus prévu que Me Raouf Gulbul soit appelé cette semaine. Selon nos informations, il est probable que la commission soumette son rapport aux alentours du mois de septembre.

Le lien entre trafic de drogue et blanchiment des «proceeds of the crime» par une association entre «money changers» et maisons de jeux, entre autres, à des fins de financement politique, est sous la loupe des enquêteurs. La machine serait bien rôdée et des magouilles seraient «organisées» depuis des années. La commission anticorruption sera sollicitée afin de collaborer à un «audit trail». Des centaines de millions de roupies sont en jeu.

Quant à Me Roubina Jadoo-Jaunbocus – qui était au bord des larmes, durant la semaine écoulée, lors de sa convocation à la commission et après qu’elle a été questionnée sur sa rencontre avec 37 prisonniers en même temps –, sera de nouveau appelée, d’ici une dizaine de jours. Me Teeluckdharry, lui, devra produire les documents expliquant ses «dealings» avec des trafiquants qui se trouvent en prison. Nos recoupements d’informations indiquent que des discussions sont en cour pour que la version du «parrain», Peroomal Veeren, puisse être entendue. Même s’il est peu probable qu’il puisse se présenter devant la commission d’enquête sur la drogue.

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires