Buisson Léopold : «Tel un empereur, Xavier-Luc Duval veut envahir Rodrigues»

Avec le soutien de

Le député de l’Organisation du peuple de Rodrigues (OPR), également secrétaire de ce parti, ne fait pas de cadeau à Xavier-Luc Duval. De plus, il parle du sentiment anti-mauricien qui a prévalu. Cette interview a été réalisée le jeudi 13 juillet, avant la Private Notice Question de Xavier-Luc Duval. Buisson Léopold avait aussi une condition : qu’on ne le questionne pas sur les rumeurs de remous au sein de  son parti.

Xavier-Luc Duval est rentré de Rodrigues, où il compte implanter une branche bleue. Pourquoi cela agace votre parti?
Le leader du Parti mauricien social-démocrate (PMSD) était au gouvernement pendant 15 ans. Il a été Premier ministre par intérim et ne s’est jamais intéressé à Rodrigues. Et dès que nous avons décidé de changer le nom de l’aéroport de Plaine-Corail, tel un animal blessé, Xavier-Luc Duval a, avec beaucoup de colère, dit qu’il envahirait Rodrigues pour nettoyer. Il ne connaît même pas les dossiers prioritaires de l’île. Maintenant, il a l’audace de parler du développement du port, de l’aéroport et de l’installation de câbles optiques. Tel un empereur, il veut envahir Rodrigues.

Il a dit qu’il vient pour aider les Rodriguais…
Ils ont insulté les Rodriguais en les comparant aux loups-garous…

Mamad Khodabaccus (NdlR c’est lui qui a parlé de loups-garous) a précisé qu’il n’a jamais qualifié les Rodriguais de loups-garous. Selon lui, il a dit : «Pa koné ki nom lougarou zot pou met avec laéropor.»
Non, ce terme était adressé aux Rodriguais. Revenons à la présence du PMSD dans l’île. Son arrivée créera une instabilité politique et une tension chez nous. Dans les années 70, il était facile pour sir Gaëtan Duval d’influencer le peuple car 98 % de la population ne savaient pas lire. Maintenant, nos jeunes font des études supérieures. Le PMSD échouera. D’ailleurs, c’est à cause de ce parti que nos intellectuels sont partis en Australie. Il a fallu plusieurs générations pour rattraper cette perte. Les Rodriguais ont beaucoup de dignité. Nous ne nous laisserons pas faire. Rodrigues est un pays calme. Le PMSD veut venir ici pour jouir. Il veut avoir les sièges de best-losers grâce aux Rodriguais. Zot kapav révé.

Pourquoi se battre pour changer le nom d’un aéroport alors que cette énergie aurait pu être utilisée pour des dossiers tels que celui de l’eau?
Une guerre est livrée sur plusieurs fronts. Il y a notamment les volets économique, culturel et social. Nous sommes attachés à notre culture et nous voulons la préserver.

Vous auriez pu aussi vous battre pour que le gouvernement central augmente votre budget.
Depuis l’avènement de l’autonomie, le budget de Rodrigues est en hausse. Toutefois, nous considérons que ce n’est pas suffisant. Il nous faut plus pour nos différents projets. Les différents gouvernements ont dit qu’ils ne peuvent pas faire plus en raison de la situation économique. Sinon, le câble optique aurait été installé à Rodrigues depuis longtemps et le problème d’eau aurait déjà été réglé. Par ailleurs, ils parlent d’un deuxième port et aéroport à Maurice. C’est à Rodrigues que ces infrastructures devraient être aménagées. Croyez-moi, cela aurait énormément contribué à l’économie mauricienne, vu la position géographique de Rodrigues.

Pourquoi ne pas en parler au Premier ministre?
Depuis que Rodrigues a acquis une autonomie, les choses évoluent positivement. À mon avis, c’est pendant la période post-indépendance qu’une mauvaise planification a eu lieu. Il n’y avait aucune considération pour Rodrigues. Les décideurs auraient dû préparer un plan intégré avec Rodrigues. Maintenant, nous payons les pots cassés. Xavier-Luc Duval veut sauver Rodrigues, mais c’est son père qui a plongé les Rodriguais dans l’assistanat. Dire que Rodrigues était le grenier de Maurice.

Mais la période post-indépendance, c’est Seewoosagur Ramgoolam et Anerood Jugnauth.
Nous n’avons pas eu les considérations nécessaires pour le développement.

Mais c’est quand même Gaëtan Duval qui a développé le tourisme à Rodrigues. Selon le PMSD, il est aussi derrière le développement de l’aéroport.
Non, Gaëtan Duval n’a jamais été Premier ministre. Son parti n’a jamais été majoritaire au sein d’un gouvernement. S’il y a eu des développements, c’est grâce au gouvernement. Ce sont des Rodriguais qui ont travaillé pour construire cet aéroport.

Le PMSD affirme que, pendant 30 ans, c’est Serge Clair qui a conduit Rodrigues vers la misère…
Est-ce qu’ils sont au courant qu’un gouvernement central existe ? Serge Clair demande des fonds qu’il n’a toujours pas reçus. Il a fait avec les moyens du bord. Pensez-vous qu’il pourra tout faire avec ses deux mains ? S’il y avait un plan de développement global au sein de la république, nous aurions déjà eu notre aéroport et un port moderne. Par ricochet, Rodrigues aurait pu mieux contribuer à l’économie nationale.   

Avez-vous le sentiment que Rodrigues est écartée du développement de la république ?
Oui, cela a été le cas. Quand nous avons exprimé notre déception, on a dit que nous sommes anti-Mauriciens. Il faut comprendre les Rodriguais. Le gouvernement régional a un budget de développement qui varie entre Rs 800 millions à Rs 900 millions. C’est peu pour tout un peuple. À Maurice, le gouvernement peut dépenser jusqu’à Rs 1 milliard rien que pour la construction d’un pont. Un économiste pourra expliquer que c’est un pont pour une population de 1,3 million certes, mais pour la logique des citoyens rodriguais, c’est une injustice. Nous n’avons rien contre un pont à Rs 1 milliard. Mais c’est difficile à faire comprendre à un peuple que l’Assemblée régionale ne détient que Rs 900 000 pour la réalisation de ses projets.

N’empêche que sur les réseaux sociaux, les commentaires antimauriciens sont très présents
Nous avons des passeports et des cartes d’identité qui stipulent que nous sommes Mauriciens. Nou pa kapav anti noumem. Cependant, nous avons notre propre identité et nous sommes Rodriguais.

Des Rodriguais parlent même d’indépendance. Quel est votre avis ?
L’autonomie est déjà un tout.

C’est-à-dire ?
C’est une grosse étape.

Et s’il y a un soulèvement pour l’indépendance ?
Je ne pense pas qu’il y aura un soulèvement si les Rodriguais sentent qu’ils font partie de la république de Maurice. Il y a, certes, un parti politique qui parle d’indépendance. Nous voulons le développement économique pour être financièrement indépendant. L’autonomie, c’est déjà être indépendant dans la prise de décision. Si Rodrigues se détache de la république, pourra-t-elle se tenir debout seule? On ne cherche pas son indépendance pour se rattacher à un autre pays. Ce n’est pas cela être indépendant.

Êtes-vous sûr de ne pas vouloir parler des remous au sein de l’OPR ?
Il n’y a pas de remous au sein de l’OPR.

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires