Partielle au n°18: Pramode Jaddoo crée la surprise, Dhanesh Maraye confirmé

Avec le soutien de
Pramode Jaddoo (à g.) pose en indépendant et Dhanesh Maraye est candidat du PMSD

Pramode Jaddoo (à g.) pose en indépendant et Dhanesh Maraye est candidat du PMSD

L’un est candidat indépendant, l’autre du Parti mauricien social-démocrate (PMSD). Annoncé par l’express il y a un peu plus d’une semaine, le bureau politique du parti bleu a confirmé, hier, mercredi 12 juillet, que Dhanesh Maraye sera le candidat bleu à la partielle au n°18. Âgé de 42 ans, l’expert financier est très présent dans la circonscription de Belle-Rose–Quatre-Bornes depuis quelques semaines.

D’un autre côté, Pramode Jaddoo, économiste de renom, a créé la surprise en annonçant qu’il sera candidat indépendant lors de la partielle. Si la candidature de Nita Juddoo était prévisible, il en va autrement pour celle de son oncle. Pramode Jaddoo déclare qu’ayant pris sa retraite du Mauritius Institute of Education où il a été Associate Professor, il a souhaité se lancer dans l’arène politique. Quid de la concurrence directe avec sa nièce, candidate du Mouvement militant mauricien (MMM) ? «Chacun a son opinion. Elle fait partie du MMM et moi, je suis candidat indépendant. Chacun mènera sa campagne et on verra les résultats», répond Pramode Jaddoo. Il avance qu’il prépare son programme électoral. Une de ses mesures-phares, s’il est élu, est qu’il fera don de la moitié de son salaire à des œuvres charitables.

Nita Juddoo se dit nullement embarrassée par la candidature de son oncle. «On est dans une démocratie. Chacun est libre d’être candidat. C’est son choix et je le respecte.»

Que fera Ramduth Jaddoo, l’aîné de la famille et père de Nita Juddoo, dans cette situation ? Issu du MMM au départ, il avait rejoint le Mouvement socialiste militant par la suite. Il avait occupé un poste de ministre au début des années 90, avant de prendre sa retraite politique en 1995.

Devant ce duel familial, à qui compte-t-il accorder son soutien ? Ramduth Jaddoo déclare : «Je n’ai jamais propulsé mes enfants dans la politique. C’est le choix personnel de ma fille. Je suis pleinement engagé dans les activités sociales ces jours-ci. Je donne un coup de main à mon ami Armoogum Parsuramen avec son association sociale. Et je reste loin de la politique. Je souhaite bonne chance à ma fille et à mon frère.»

Publicité
Publicité

Roshi Bhadain a finalement mis sa menace à exécution ce vendredi 23 juin. Vers 18 h 30, la nouvelle de sa démission se répandait comme une traînée de poudre. Retour sur cette démission diversement commentée.

D'autres articles »

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires