Rezistans ek Alternativ : «Si l’Inde finance le Metro Express, que demande-t-elle en retour ?»

Avec le soutien de
Les dirigeants de Rezistans ek Alternativ ont rencontré la presse le samedi 18 mars.

Les dirigeants de Rezistans ek Alternativ ont rencontré la presse, le samedi 18 mars.

Le Metro Express est sur toutes les lèvres depuis la pose de la première pierre, le vendredi 10 mars. Rezistans ek Alternativ a aussi tenu à s’exprimer sur ce sujet, lors de sa conférence de presse, le samedi 18 mars, à Moka. «Metro Express, c’est le plus grand projet que va réaliser le gouvernement actuel mais nos dirigeants ne prennent pas en considération beaucoup de choses avant de le concrétiser», a expliqué Michel Chiffonne, un des porte-parole de Rezistans ek Alternativ. 

Il s’est aussi attardé sur deux questions concernant ce projet. Premièrement, sur son mode de financement. «On sait que l’Inde nous a fait don de 10 milliards pour le Metro Express et que le gouvernement a annoncé que cela allait coûter environ 17 milliards, mais, se demande Michel Chiffonne, qui va financer le reste ? Et deuxièmement, si c’est l’Inde qui finance en partie ce projet, que va-t-elle demander à Maurice, en retour ?» Il ajoute que le public n’a pas été avisé, en grande partie, au sujet de beaucoup de choses, comme le coût du ticket ou les problèmes de pollution, par exemple.

Rezistans ek Alternativ a aussi mis l’accent sur le fléau de la drogue, qui prolifère en ce moment dans l’île. C’est Dylan Allagapen, autre responsable de ce mouvement politique, qui a tenu à s’exprimer sur les propos du Premier ministre, Pravind Jugnauth, sur la peine de mort pour les trafiquants de drogue. «Nou, Rezistans ek Alternativ, nou kont penn de mor, ek nou trouv sa las de la par Pravind pou ki li vinn dir sa bann zafer-la», a-t-il déclaré. Dylan Allagapen a aussi lancé un défi au Premier ministre : «met lord dan to prop konsey dé minis avan !» Il trouve aussi que la proximité entre des suspects impliqués dans des affaires de drogue et les partis politiques est malsaine pour le pays. 

Autre thème abordé : la carte d’identité biométrique. Rezistans ek Alternativ projette de tenir un évènement qui s’adressera à tous ceux qui ne souhaitent pas faire la nouvelle carte d’identité. «Ce sera le 24 mars prochain. Plus de détails sur cet événement seront communiqués cette semaine», explique Aichah Soogree, une des membres du parti de gauche.

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires