Mauritius c’est un orgasme

Avec le soutien de

Jouissif. A quelques jours de la Saint-Valentin, la fête du faites l’amour, sir B.B est sorti de son trou. Après des années d’abstinence forcée, Rocco Stiff Raidi a atterri au PMO. Son (blow) job ? Protéger l’arrière-train du PM.

Tout aussi excitant : l’incapacité de la station météo de Vacoas à donner des infos limpides par temps de cyclone. Nos prévisionnistes ne (se) mouillent pas facilement, disent les mauvaises langues. Dans le corps à corps avec Carlos, c’était la débandade.

Les «pipes» de la CWA, eux, sont toujours aussi pourries. Il a fallu que les nuages les arrosent un peu pour que l’eau se mette à gicler à plusieurs endroits. Sauf dans les réservoirs, bien entendu.

Autre sujet fraîchement dépucelé : après la saga papa-piti, voici le séga mama-tifi. Est-ce qu’on a permis à la fille de tremper ses biscuits au Paradis du Duty Free à cause de la position de sa maman ? Les coïncidences sont troublantes, elles titillent la curiosité.

Le climax : le sage mentor désire ardemment que les policiers soient sous ses ordres. Une excision du PMO qui suscite bien des interrogations. Est-ce un fantasme d’avoir ses petits soldats à ses pieds ? 

Et puis, comment passer sous silence l’impuissance de l’Etat mauricien, qui, malgré le va-et-vient juridique, a du mal à mettre la main au string de la Dame en rouge ? Bon baisers d’Italie, doit-elle murmurer entre ses lèvres pulpeuses.

Le (dé) plaisir est tel qu’après le Seafood Hub ou encore l’Education Hub, Mauritius envisage d’investir dans le Porn Hub.

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires