Affaire L’Amicale: la Commission des droits humains rouvre l’enquête

Avec le soutien de
Quatre personnes avaient été condamnées dans le cadre de l’incendie de L’Amicale survenu en 1999 et qui avait fait sept morts.

Quatre personnes avaient été condamnées dans le cadre de l’incendie de L’Amicale survenu en 1999 et qui avait fait sept morts.

Le rapport «Wrongfully Convicted» rédigé par une équipe de 13 avocats menée par Me Rama Valayden a finalement porté ses fruits. La Human Rights Division de la National Human Rights Commission entendra les arguments de cette équipe d’hommes de loi ainsi que les différents témoins dans le cadre d’une nouvelle enquête. Les premières auditions auront lieu à partir de ce jeudi 7 août.
 
Me Rama Valayden, fer de lance de ce combat qui aura duré plusieurs années, ne cache pas sa satisfaction après cette victoire. «C’est une première à Maurice. Après le rapport ‘Wrongfully Convicted’, il y a eu une prise de conscience sur notre combat pour un amendement à la loi. Le changement est venu. Ensuite, il y a eu la Commission de pourvoi en grâce qui a trouvé que le rapport avait suffisamment de substance pour être présenté devant la Commission des droits humains. Nous sommes prêts pour cette nouvelle étape et tous nos témoins sont prêts à déposer », soutient Me Rama Valayden qui sera le premier à être entendu jeudi prochain.
 
> Me Rama Valayden commentant la décision de la Human Rights Division de rouvrir l’enquête sur l’Affaire L’Amicale, ce mardi 5 août.
 
A l’issue de son enquête, la Commission des droits humains pourrait, si elle arrive à la conclusion qu’il y a eu une erreur judiciaire, présenter une motion devant la Cour suprême pour la libération des quatre condamnés, notamment Abdool Nasseeb Keramuth, Shaffick Nawoor et les frères Sumodhee. Ces derniers ont déjà passé plus de 13 ans en prison.
 
«Wrongfully Convicted», un document de 228 pages veut démontrer que les quatre personnes accusées dans cette affaire et condamnées à la prison à perpétuité par un jury populaire, sont «innocentes». 
 
Pour l’équipe d’avocats menée par Me Rama Valayden, elles ont été «injustement condamnées». Ils estiment que la police aurait mieux fait d’orienter son enquête sur le redoutable Escadron de la mort qui sévissait à l’époque et qui a plusieurs assassinats et hold-up à son actif.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires