Alain Auriant,chanteur au grand c?ur

Avec le soutien de
Alain Auriant a des ambitions et il n?a jamais eu d?autre but que de les partager avec les autres. Quand on le rencontre, on voit aisément dans ses yeux un mélange de générosité et l?envie de faire bouger les choses dans une société qui ignore souvent où trouver ses vraies valeurs. Cet artiste qui n?est pas suffisamment reconnu par ses pairs, n?a pas envie de fermer les yeux sur les différents talents qui jalonnent les rues des cités. Des jeunes qui veulent apprendre à jouer de la musique, ce n?est pas ce qui manque et c?est à partir de ce constat qu?Alain Auriant a nourri l?envie grandissante d?ouvrir une école. Son projet, il décide de le concrétiser dans la Cité EDC, fraîchement rebaptisée Résidence Bethléem, à Rose-Belle. Ce quartier qu?il connaît bien pour y avoir grandi et l?avoir fréquenté plusieurs années, regorge, selon lui, de virtuoses. « Il y a beaucoup de jeunes qui ont appris à jouer d?un instrument ou désirent apprendre, mais ils sont livrés à eux-mêmes. C?est pourquoi j?ai eu l?idée de créer une école afin de leur donner la chance de laisser libre cours à leur talent. Et pour qu?ils puissent également bénéficier d?une formation solide leur permettant ensuite de faire des prestations rémunérées dans les hôtels. Je voulais surtout que ces jeunes aient un endroit où faire de la musique tranquillement sans peur des représailles du voisinage », explique l?artiste. Pour réaliser son projet, Alain Auriant n?a pas lésiné sur les moyens. Il a mis la main à la poche pour louer un local et ouvrir cette école où les jeunes peuvent apprendre à jouer de la guitare, du clavier, du violon, à la basse, ou encore la contrebasse. Alain Auriant affirme avoir souvent écouté avec attention les jeunes de cette cité en péril qui se réunissent sous un arbre avec leur guitare de fortune. « Leur musique est vivante et entraînante », avoue Alain Auriant. Il ne pouvait donc pas laisser mourir de tels talents locaux auxquels personne n?a, jusqu?à présent, porté attention. Promouvoir la musique mauricienne « Je compte recevoir 80 jeunes, filles et garçons, qui ont 15 ans à monter, et recruter des formateurs pour les encadrer », assure Alain Auriant, confiant. Celui-ci est convaincu qu?il n?y a pas assez de loisirs sur les plages ou toujours le même type d?animations dans les hôtels. Et il constate avec tristesse que les touristes qui viennent à Maurice ne repartent pas en sachant ce qu?est réellement le séga. « Ce que je n?ai jamais compris, c?est que le séga ne s?exporte pas. Le créole antillais, par exemple, connaît un succès considérable en Europe et pourquoi pas notre séga ? Tout simplement parce qu?il n?est pas bien exploité. Et je trouve que c?est regrettable », déplore celui qui a composé et interprété dernièrement le tube qui nous avait tous fait vibrer Allez Maurice. Pour Alain Auriant, son cri de bataille reste chaque année le même : promouvoir la musique mauricienne à l?étranger haut et fort. « Si Maurice a réussi à être connue dans le monde entier bien qu?elle soit petite sur la carte, sa musique peut aussi réussir à intégrer la scène musicale internationale. Moi c?est mon cri de guerre, et c?est pour cela que je fais de la musique. » Encore beaucoup à faire En attendant d?accueillir ses futurs élèves et formateurs, Alain Auriant est désespérément à la recherche de sponsors qui soutiendront à long terme son projet. Pour l?instant, l?artiste peut compter sur le soutien de l?association affiliée au groupe Ciel, Nouveau Regard. Mais à voir le local encore en travaux dans lequel Alain Auriant nous reçoit, il y a encore beaucoup à faire. Peinture, meubles, instruments de musique? tout est à pourvoir pour réaliser le projet d?Alain Auriant. Par ailleurs, l?artiste s?est aussi entouré de professeurs de musique qui ont accepté de donner des cours, bénévolement, aux futurs élèves. De plus, Alain Auriant a déposé des dossiers dans différents ministères. Il se dit confiant et attend des réponses favorables. Mais pour le moment, Alain Auriant poursuit sa propre route dans l?univers musical local avec un concert qu?il donnera au Conservatoire François Mitterrand le 27 mai. Son nouvel album aux influences pop rock devrait aussi rejoindre les bacs dans quelques semaines. À noter que deux artistes réunionnais ont collaboré avec lui sur cet album. En attendant que les projets d?Alain Auriant se concrétisent, on ne peut que féliciter sa démarche.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires