Albion: une adolescente portée manquante en mer

Avec le soutien de
L’incident a eu lieu hier, dimanche 21 avril, à la jetée d’Albion.

L’incident a eu lieu hier, dimanche 21 avril, à la jetée d’Albion.

Elle était partie nager avec ses deux amis. Hier, dimanche 21 avril, trois adolescentes se sont retrouvées en difficulté dans l’eau près de la jetée d’Albion. L’une des filles est toujours portée manquante. Les recherches se poursuivent ce matin.

Ces trois amis s’étaient rendus à la plage l’après-midi pour nager lorsque l’incident s’est produit vers 16 heures. La police de la localité a été mandée sur les lieux. Deux des ados ont pu être secourus et transportés à l’hôpital Dr A.G Jeetoo. La fille a été admise à l’unité des soins intensifs alors que le garçon a été admis en salle.

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés

Pâques sanglantes au Sri Lanka: au moins 207 morts dans des attentats

Des corps de victimes sont transportés hors de l'église Saint-Sébastien à Negombo (Sri Lanka), frappée par un attentat le 21 avril 2019.

Des corps de victimes sont transportés hors de l'église Saint-Sébastien à Negombo (Sri Lanka), frappée par un attentat le 21 avril 2019.

Le Sri Lanka a connu un sanglant dimanche de Pâques avec une vague coordonnée d’attentats contre des hôtels de luxe et des églises remplies, qui ont tué au moins 207 personnes, dont plusieurs dizaines d’étrangers, et soulevé un émoi mondial.

Aucun groupe n’a revendiqué ces attaques, mais les autorités ont annoncé l’arrestation au total de treize hommes appartenant au même groupe radical.

La police a annoncé lundi qu’une «bombe artisanale» avait été trouvée tard dimanche sur une route menant vers le principal terminal de l’aéroport de Colombo et qu’elle avait été désamorcée avec succès par les forces aériennes sri-lankaises. L’aéroport reste ouvert sous haute sécurité suite aux attentats.

Le capitaine Gihan Seneviratne, porte-parole des forces aériennes, a déclaré qu’il soupçonnait que l’engin explosif avait été fabriqué localement.

Dimanche, en quelques heures, des bombes ont semé mort et désolation dans quatre hôtels et trois églises, en pleine messe de Pâques, en plusieurs endroits de l’île d’Asie du Sud, qui n’avait pas connu un tel déchaînement de violence depuis la fin de la guerre civile il y a dix ans.

«C’était un torrent de sang», a témoigné N. A. Sumanapala, un commerçant voisin de l’église Saint-Antoine de la capitale Colombo, frappée dans la matinée. «Je me suis précipité à l’intérieur pour aider. Le curé est sorti, couvert de sang.»

Six explosions très rapprochées sont survenues dans la matinée, et deux plusieurs heures après, sur cette île prisée des touristes étrangers pour ses plages idylliques et sa nature verdoyante, faisant aussi plus de 450 blessés. Au moins deux des déflagrations sont le fait de kamikazes, selon des témoins.

En annonçant l’arrestation d’un premier groupe de huit suspects, le Premier ministre Ranil Wickremesinghe a déclaré à la télévision: «Jusqu’ici les noms que nous avons sont locaux» mais les enquêteurs cherchent à savoir s’ils ont d’éventuels «liens avec l’étranger».

Il a par ailleurs reconnu qu'«il y avait des informations», qui «doivent faire l’objet d’une enquête», sur des risques d’attaques.

Le chef de la police nationale, Pujuth Jayasundara, avait émis une alerte il y a dix jours, sur la foi d’informations «d’une agence de renseignement étrangère» avertissant qu’un mouvement islamiste, le NTJ, projetait «des attentats suicide contre des églises importantes» et l’ambassade d’Inde à Colombo.

Le NTJ (National Thowheeth Jama’ath) s’était fait connaître l’an passé en lien avec des actes de vandalisme commis contre des statues bouddhiques.

En réponse aux attaques, le Sri Lanka a décrété un couvre-feu et le blocage temporaire des réseaux sociaux pour empêcher la diffusion d'«informations incorrectes et fausses».

Le Premier ministre a appelé la population à «l’unité» et promis «d’éradiquer cette menace pour de bon».

Gabriel, un chrétien sri-lankais d’une trentaine d’années, a eu son frère blessé dans l’attaque de l’église Saint-Sébastien de Negombo, à une trentaine de kilomètres au nord de la capitale et surnommée «la petite Rome» pour ses nombreuses églises.

«Nous sommes tous en état de choc. Nous ne voulons pas que le pays revienne à ce passé noir où nous devions vivre tout le temps dans la peur des attaques suicide», a-t-il déclaré.

Kamikaze

Une vidéo prise dans l’une des églises touchées montrait de nombreux corps recroquevillés, le sol jonché de décombres et couvert de sang, les murs grêlés par les éclats. La violence de l’explosion a soufflé des parties du toit, laissant entrevoir le ciel.

Le pape François a exprimé sa «tristesse» en apprenant «la nouvelle des graves attentats, qui précisément aujourd’hui, jour de Pâques, ont porté deuil et douleur dans plusieurs églises et autres lieux de réunion au Sri Lanka». L’archevêque de Colombo a, lui, appelé à «punir sans pitié» les responsables.

Environ 1,2 million de catholiques vivent au Sri Lanka, un pays de 21 millions d’habitants où les chrétiens représentent 7% de la population, majoritairement bouddhiste (70%). Le pays compte également 12% d’hindouistes et 10% de musulmans.

À Colombo, trois hôtels de luxe en front de mer - le Cinnamon Grand Hotel, le Shangri-La et le Kingsbury - ainsi que l’église Saint-Antoine ont été frappés par des attaques presque simultanées survenues à partir de 08H30-09H00 locales (03H00-03H30 GMT).

Des bombes ont aussi explosé dans l’église Saint-Sébastien à Negombo et dans une autre à Batticaloa, ville située de l’autre côté du Sri Lanka, sur la côte orientale.

Quelques heures plus tard, deux autres déflagrations sont survenues. L’une dans un hôtel de Dehiwala, une banlieue sud de Colombo, l’autre à Orugodawatta, dans le nord de la ville, où un kamikaze s’est fait exploser lors d’une opération policière, tuant trois membres des forces de l’ordre.

Au moins 35 étrangers figurent parmi les morts, notamment des Chinois, Néerlandais, Portugais, Américains et Britanniques. L’Inde a confirmé la mort de trois de ses ressortissants.

De l’Iran à la Grande-Bretagne, les condoléances et les appels à défendre la liberté religieuse ou à lutter contre le terrorisme se sont multipliés. Le président américain Donald Trump a condamné des «attaques horribles» et proposé l’aide de son pays.

«C’était le chaos»

Au Cinnamon Grand Hotel de Colombo, situé près de la résidence officielle du Premier ministre, un Sri-Lankais, qui s’était enregistré à l’hôtel la veille sous le nom de Mohamed Azzam Mohamed, a enclenché sa bombe dans la file de clients, venus profiter d’un buffet de Pâques dans un restaurant de l’établissement.

«Il était huit heures 30 du matin. Il y avait beaucoup de familles», a raconté à l’AFP un employé. «Il est allé au début de la queue et s’est fait exploser», a-t-il ajouté. «Un manager qui accueillait les clients fait partie de ceux qui ont été tués sur le coup (...) C’était le chaos.»

Le ministre des Réformes économiques Harsha de Silva a fait état de «scènes horribles» à l’église Saint-Antoine et dans deux des hôtels visés où il s’est rendu. «J’ai vu des morceaux de corps éparpillés partout», a-t-il tweeté.

Les catholiques sont perçus comme une force unificatrice au Sri Lanka car on en trouve chez les Tamouls comme chez la majorité cinghalaise.

En 2017, l’Alliance nationale évangélique chrétienne du Sri Lanka a recensé une centaine d’incidents contre les chrétiens dans l’île, selon un rapport du département d’État américain. L’an passé, les autorités ont par ailleurs décrété 12 jours d’état d’urgence pour mettre fin à des émeutes visant les musulmans dans le centre du pays.

«Il y a eu des actes de violence ou d’intimidation continus contre la communauté chrétienne au Sri Lanka ces dernières années», a déclaré à l’AFP Rucki Fernando, un défenseur des droits humains. Mais «nous n’avons rien vu de cette ampleur ou de cette magnitude auparavant».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés

The Voice: Virginie Gaspard fait face au K-O ce soir

C’est une étape stressante qui attend Virginie Gaspard ce soir.

C’est une étape stressante qui attend Virginie Gaspard ce soir.

Notre compatriote Virigine Gaspard défendra sa place ce samedi 20 avril dans ce télécrochet de TF1. Elle peut être sauvée, être placée en zone rouge ou être éliminée.

Souvenez-vous, le samedi 9 mars, lors de l’étape des auditions à l’aveugle, Virginie Gaspard, notre compatriote, faisait face à Mika, Soprano, Jennifer et Julien Clerc, les quatre membres du jury de la 8e saison de The Voice France. Son interprétation de Family Portrait de Pink avait fait sensation et elle avait fait se retourner les quatre fauteuils rouges du jury. Après avoir passé haut la main cette première étape, la voilà qui devra affronter l’épreuve du K-O. Elle sera de nouveau face au jury ce soir à partir de 23 heures sur TF1. L’épreuve du K-O est une étape inédite et décisive proposée par les équipes françaises de The Voice.

Le coup d’envoi des épreuves du K-O a été donné le samedi 7 avril. Depuis, les équipes de Jennifer et de Mika sont déjà passées sur le gril. Si vous avez suivi l’émission, vous savez à quel point cette étape est stressante, autant pour les candidats que pour leurs coachs. Les nerfs sont à vif et les émotions à fleur de peau. En effet, avec l’épreuve du K-O, chaque coach ne doit garder que six talents sur les 18 retenus aux auditions à l’aveugle. Trois choix s’offrent aux coachs, soit qualifier le talent pour les fameuses battles, l’éliminer définitivement de la compétition ou encore l’envoyer en zone rouge. Si un coach décide de ne pas qualifier un de ses talents pour la prochaine étape, il prend le risque de se le faire voler par un autre coach. Chaque coach peut en effet voler deux talents.

Comment se sent notre compatriote face à cette nouvelle épreuve qui l’attend ? Celle qui avoue être toujours stressée avant une prestation, ne cache pas son état. Toutefois, elle garde le moral. «Avant l’épreuve du K-O, j’ai eu une répétition piano-voix avec mon coach. Il m’a donné quelques trucs pour que ma grippe ne s’entende pas. Je me concentre sur ma prestation», explique-t-elle. Si la grippe vient jouer les trouble-fêtes durant cette importante étape, Virginie Gaspard compte malgré tout se donner à fond. Nous n’en saurons pas plus par rapport au K-O. Il convient donc d’être devant son petit écran ce soir à partir de 23 heures sur TF1. Croisons les doigts pour que notre compatriote mette K-O les membres du jury et qu’elle puisse poursuivre son petit bonhomme de chemin dans cette belle aventure musicale.

Vibe Moris saison 2 en route

On retrouvera Virginie Gaspard sur le plateau de «Vibe Moris». Elle est, en effet, la nouvelle présentatrice de cette émission télévisée, qui entame sa 2e saison. Les enregistrements se tiennent actuellement au J&J Auditorium à Phoenix. Le public peut assister à ces enregistrements qui se poursuivront jusqu’au 22 avril. Les billets sont disponibles sur le réseau Ôtayo.

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés

Air Mauritius: l’A330 neo Aapravasi Ghat révèle ses secrets

Le premier A330-900 neo d’Air Mauritius a foulé le sol mauricien à 10 h 20 ce vendredi 19 avril, après une escale à Londres. Répondant au nom d’Aapravasi Ghat, cet appareil livré avec six mois de retard a révélé ses secrets. Avec 288 sièges, l’A330 neo peut réaliser des vols jusqu’à douze heure et consomme 20 % de moins de carburant que l’A340. A bord, écran tactile, siège décliné en lit et deux classes, soit business et économie. Somas Appavou, CEO d’Air Mauritius, fait une présentation de l’A330-900 de la gamme New Engine Option (NEO). Incursion.

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés

Des employés de Future Textiles rencontrent le ministre

Ces anciens salariés se sont réunis devant la Victoria House, à Port-Louis, ce vendredi 18 avril au matin.

Ces anciens salariés se sont réunis devant la Victoria House, à Port-Louis, ce vendredi 18 avril au matin.

Ils réclamaient une rencontre avec le ministre du Travail. Des employés de la défunte Future Textiles Ltd sont à Victoria House, ce vendredi 18 avril. 

L’usine a fermé mercredi 17 avril. Les quelque 250 licenciés, dont environ 90 Mauriciens, n’ont reçu que leur salaire du 20 mars au 12 avril avec leur lettre de quittance. Mais aucune compensation pour leur temps de service, ni de préavis. C’est notamment à ce propos qu’ils souhaitaient une réunion urgente.

«Nous réclamons un droit. Nous aurions dû avoir au moins 15 jours de préavis avant qu’ils ne ferment l’usine. Ils sont venus nous ont donné la paye du 20 mars au 12 avril et c’est tout», explique James, un des employés. 

Leur représentant syndical, Atma Shanto, estime que le ministre a une obligation envers ces travailleurs. «Ce n’est pas normal que les licenciements, les pertes d’emploi continuent et que le gouvernement persiste avec son rôle de spectateur. Le seul moyen de vivre c’est le travail», a-t-il lancé avant d’entrer au ministère, vers 10 h 45. «Est-ce que le gouvernement considère les travailleurs du textile comme des 2e grades ?»

La réunion se tient en ce moment. Une conférence de presse doit suivre.

La société était sous séquestre depuis le 5 mars.

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés

VAR, destructeur d’émotions

«Fuck VAR.» Le milieu de terrain brésilien de Manchester City, Fernandinho, n’est pas passé par quatre chemins pour exprimer sa colère en zone mixte après la qualification rocambolesque de Tottenham, selon Simon Mullock, rédacteur en chef du football au «Sunday Mirror» qui l’a croisé après le match, à l’«Etihad Stadium».

Menant 4-3 dans les arrêts de jeu de ce quart de finale au suspense insoutenable, City avait besoin d’un cinquième but pour se qualifier. Et il est arrivé, à la 93e minute, sur une réalisation inespérée de Raheem Sterling.

À cet instant, le stade explose. City réussit l’impensable. Pep Guardiola fait des sauts de cabri, Sterling court jusqu’au poteau de corner enlacé par ses coé-quipiers et harangue la foule d’un «Etihad Stadium» en délire. Mais quelques secondes de délire collectif plus tard, retour à la réalité. Brutale. L’attaquant anglais était hors-jeu sur l’action ! L’arbitre refuse le but, non validé par l’assistance vidéo à l’arbitrage pour un hors-jeu de Sergio Agüero, passeur décisif sur l’action.

Guardiola est abasourdi. Le ciel vient de tomber sur la tête de l’entraîneur mancunien, genoux à terre, tête entre les mains. En une fraction de seconde, il a vécu le pire côté du VAR : l’ascenseur émotionnel qui vous fait passer d’une euphorie de 10 à 0 en une décision. «Coupe li perna di sang», dirait-on chez nous ! Devant notre télé, on a mal pour lui. L’inventeur du beau jeu «Made in City», qui a fait tant progresser ce championnat en trois ans, est sanction-né par un coup du sort, lui qui a toujours soutenu le fameux VAR.

Quelques instants plus tard, c’est fini. Le champion d’Angleterre est éliminé en quart pour la troisième fois de suite. City n’a pas eu sa «remontada» façon Manchester United au Parc des Princes (penalty transformé à la 94e minute) – les «Red Devils», eux, avaient d’ailleurs été sauvé par le VAR justement ce soir-là après une main de Presnel Kimpembe qui n’aurait jamais été signalé avant l’intervention de l’arbitrage vidéo.

Le VAR corrige des injustices, certes, mais il est trop abrupt. Va falloir s’y habituer… «C’est dur», reconnaît Pep après coup. «On n’est pas loin de passer. C’est cruel, mais il faut l’accepter. C’était un beau match pour tout le monde. On a tout fait en seconde période. Il faut féliciter Tottenham, la meilleure équipe est passée. (…) Je soutiens le VAR. Je suis pour un football juste, pour des décisions justes. S’il (Agüero) est hors-jeu, il est hors-jeu.» Réaction, très classe. Comme celle de Bernardo Silva du reste. Fernandinho, lui, n’a pas pu contenir sa rage. Ce n’est pas un robot. Comme Neymar après l’élimination parisienne en mars dernier tiens : «C’est une honte. On met quatre mecs qui ne comprennent rien au foot pour regarder un tir au ralenti devant la télé… (…) Allez-vous faire foutre…»

Le VAR est un destructeur d’émotions qui change à jamais les émotions pures du football. C’est le revers de la médaille de cette formidable avancée technologique. À force, les gars vont peut-être attendre une ou deux minutes après chaque but pour être sûr qu’il est bien validé… L’arbitrage vidéo sera en tout cas une réalité la saison prochaine en Angleterre aussi. On n’a pas fini d’en débattre tous les week-ends, croyez-moi. Mais c’est un mal nécessaire qui va réduire les injustices. Nettement perfectible, mais sans pitié avec la triche. Ainsi soit-il.

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés

LaMinuteInfo: les deux membres du Parti travailliste libérés sous caution

Au sommaire de LaMinuteInfo  de ce jeudi 18 avril: Patrick Assirvaden et Cader Sayed-Hossen  ont comparu en cour de Curepipe aujourd’hui. Egalement dans l’actualité: Anwar Homar, victime d’un accident de la route,  décède d’une fracture du crâne après six jours  d’hospitalisation.

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés

Convoqué après son post sur la CWA: Anacootee en homme libre

Il n’y a pas de charges provisoires retenues contre lui. Deven Anacootee s’est présenté aux Casernes centrales ce jeudi 18 avril, après son interrogatoire «under warning» hier.

Toute cette affaire porte sur son post sur Facebook sur la Central Water Authority. La responsable de cette institution parapublique avait, par la suite, porté plainte contre lui. «Le dossier sera envoyé au DPP pour décider s’il faut porter une charge provisoire», a indiqué son avocat Me Anoup Goodary.

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés

Manifestation à St-Paul: Assirvaden et Sayed-Hossen en cour ce jeudi

Patrick Assirvaden et Cader Sayed-Hossen ont été interrogés au poste de police de Curepipe hier suivant les manifestations de St-Paul mardi soir.

Patrick Assirvaden et Cader Sayed-Hossen ont été interrogés au poste de police de Curepipe hier suivant les manifestations de St-Paul mardi soir.

Vendetta politique ? C’est en tout cas ce que l’on pense au sein du Parti travailliste avec l’arrestation de Patrick Assirvaden et Cader Sayed-Hossen hier, mercredi 17 avril. Ces deux membres du Parti travailliste (PTr) ont été arrêtés hier sous une charge provisoire de taking part in an unlawful assembly dans le cadre des manifestations qui se sont tenues à Saint-Paul, la veille, en raison d’un débordement d’eaux usées. 

Cinq personnes ont été arrêtées dans la nuit de mardi et quatre autres hier, outre ces deux politiciens, ce qui fait un total de 11 personnes. D’autres arrestations sont à prévoir.

Les neuf habitants de St-Paul ont été relâchés hier après-midi après avoir payé leur caution. Ils sont provisoirement poursuivis sous une charge d’obstruction de la voie publique.

Quant à Patrick Assirvaden et Cader Sayed-Hossen, ils ont, en fait, été appelés à se présenter au poste de police de Curepipe hier. Ils s’y sont rendus, en compagnie de leurs hommes de loi, dont Mes Shakeel Mohamed, Ritesh Ramful, Yatin Varma et Satish Faugoo, et avec le soutien de plusieurs membres du PTr ainsi que des partisans. Ils ont été interrogés pendant deux heures au sujet de leur présence aux côtés des manifestants avant d’être relâchés sur parole.

Les deux hommes travaillent depuis quelque temps le terrain de la circonscription n°15, La Caverne-Phoenix. À une déclaration à la presse, Parrick Assirvaden devait expliquer qu’il était à St-Paul pour aider les habitants à trouver une solution au problème de débordement d’eaux usées.

 
 

Exaspérés, plusieurs habitants de Nehru Lane, St-Paul, avaient manifesté en obstruant la route avec des pneus pour faire entendre leur voix mardi soir. La police a été déployée sur le lieu pour calmer les esprits échauffés. 

À chaque grosse averse, s’insurgent des résidents, des eaux usées s’accumulent et inondent la route, les empêchant de l’utiliser. Quelques jours après les récentes grosses pluies qui ont arrosé l’île, la situation a empiré. Mardi soir, suite au passage des véhicules, les eaux usées ont éclaboussé certaines personnes et elles n’ont pu contenir leur colère.

Une des personnes arrêtées explique que la Wastewater Management Autority (WMA) avait demandé un laps de temps pour les réparations. «Les autorités nous ont dit que les réparations se feront après la fête de la Maha Shivaratree. Rien n’a été fait. Vendredi, il y aura une procession pour le Cavadee et les dévots vont prendre cette route. Depuis mardi, la situation a empiré et les eaux usées ne cessent de refouler. Plusieurs habitants ont appelé la WMA, qui nous a fait poireauter. Les gens ont fini par descendre dans la rue», explique cet habitant de Saint-Paul. Ce n’est que très tard dans la nuit que des employés de la WMA sont arrivés à Saint-Paul pour pomper les eaux usées.

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés

LaMinuteInfo: Deux membres du Parti travailliste interrogés

Au sommaire de LaMinuteInfo en ce mercredi 17 avril 2019 : le président du Parti travailliste, Patrick Assirvaden, et l’ex-ministre rouge, Cader Sayed-Hossen, ont été interrogés au poste de police de Curepipe suite à une manifestation survenue hier, à Saint-Paul, Phoenix. Egalement dans l’actualité, Aurore Perraud prise à partie aujourd’hui à Résidence La Cure et de nouveaux rebondissements dans l’affaire concernant cette petite fille de 3 ans, qui a eu les doigts sectionnés…

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés

Pages

  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x