Multimédia 348

«La main-d’œuvre du futur.» C’est le thème du congrès annuel de l’Association of Human Resource Professionals of Mauritius, qui s’est ouvert ce vendr

«Zot inn met revolver kot so likou, zot inn touf li ar loryé. Zot inn ménas li...» Nasera Vavra est sur les nerfs. Elle soutient que la vie de son ép

Publicité

Il a été entendu devant la commission d’enquête sur la drogue, ce lundi 7 août. Me Anupam Kandhai maintient ce qu’il a dit à l’ex-juge Paul Lam Shang

Le syndicat des médecins employés par l’Etat et celui des gardiens de prisons protestent contre les conditions de travail prévalant dans ces deux ser

Publicité

Férus des dessins animés, ces enfants ont eu la chance d’en créer eux-mêmes. Du 1er au 3 août, plus d'une centaine d'enfants de 9 à 12 ans ont pris p

Désintérêt des jeunes couplé au vieillissement de la main-d’œuvre et la disparition des champs sous culture de la canne… autant de maux qui rongent l

Publicité

Hansley est celui que les animaux attendent le plus, et pour cause, c’est lui qui les nourrit. Il nous explique les habitudes de chaque animal et leu

Depuis plusieurs années, une plante envahissante colonise le canal latéral de la Garonne. Une invasion qui s'amplifie avec les chaleurs estivales, à

Publicité

A la Une de LaMinuteInfo de ce dimanche 6 août : le barman accusé d’avoir violé une Britannique de 17 ans réfute les allégations portées contre lui.

Le hajj, c’est épuisant. Et dans ces conditions, c’est facile d’attraper une infection. Raison pour laquelle toutes les dispositions sont prises pour

Publicité

À l’aube du démarrage du Metro Express, les Mauriciens n’hésitent pas à faire entendre leurs voix. Surtout que les travaux promettent de faire grand

«Le Metro Express va générer plus d’emplois», a affirmé Ivan Collendavelloo. Le Premier ministre adjoint a réagi aux manifestations contre le Metro E

Publicité

Depuis trois mois, une eau verdâtre et malodorante stagne à la place Decaen à Port Louis. Conséquence : les clients se font rares et la vente a baiss

Depuis sept heures, ils sont à l’œuvre. Munis de leurs bottes blanches, seaux d’eau, chiffons, éponges et détergents, quatre jeunes hommes s’attellen