Sik Yuen, sincère ?

Avec le soutien de

Lors d’une reunion de l’aile féminine de son parti, le ministre Michael Sik Yuen a affirmé qu'il «a ressenti de la sincérité» et ajouté également que «les relations entre lui et les membres du bureau politique du parti doivent être sincères»..

«Cela doit être sincère. J’ai beaucoup mis l’accent sur la sincérité», s’est exclamé le ministre Michael Sik Yuen peu après une reunion du bureau politique du PMSD, jeudi dernier. Lors d’une reunion de l’aile féminine de son parti, il a affirmé qu'il «a ressenti de la sincérité» et ajoute que «les relations entre lui et les membres du bureau politique du parti doivent être sincères». Le mot sincérité revient comme un leitmotiv dans le discours du ministre. Pourtant, cet homme qui n’arrête pas de prôner la sincérité radicale, est l’incarnation même de la contradiction.

Sommé de fournir des explications sur ses absences répétées aux activités de son parti, il a invoqué des problèmes d’intendance. Non, il n’a jamais boudé les réunions du bureau politique, ni les cérémonies de dépôt de gerbes organisées par le PMSD, dit-il. Il n’est pas, non plus, en froid avec l’entourage de Xavier Duval, prétend-il. Or, depuis la révocation de l’ex-président de la MTPA, Robert Desvaux, ses actes de défiance envers son parti sont nombreux et ses provocations répétées. Les faits le concernant contredisent les propos conciliants qu’il s’est efforcé de tenir ces derniers jours. Il continuera probablement à nager en pleine contradiction jusqu’au dénouement de la situation qui touche son camp.

C’est une posture difficilement tenable pour Michael Sik Yuen mais il n’est pas à son premier exercice du genre. On se rappellera de sa double posture, fort peu démocratique d’ailleurs, lors des dernières élections générales. Il s’était inscrit comme candidat en tant que membre de la population générale.

Beaucoup soupçonnent qu’il voulait ainsi augmenter ses chances d’être repêché. Battu aux élections, Michael Sik Yuen, devait décrocher un siège de député correctif, théoriquement pour rétablir la représentativité de la population générale. Il est vrai que Michael Sik Yuen est le seul à pouvoir déterminer «from his way of life» s’il appartient à la communauté sino-mauricienne ou à la population générale mais il ne peut nier que son choix insolite l’amène à gérer quelques contradictions dans sa vie publique. Par exemple, quand il est invité par des socioculturelles en fonction de son appartenance ethnique.

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires