Regarder ensemble l’avenir

Avec le soutien de

Heureux qui, comme Ramgoolam, a réussi son coup ! À tous les niveaux : (i) en choisissant le bon timing pour mieux éclipser une rentrée parlementaire qui s’annonçait tumultueuse après les divers scandales (ii) en réussissant sa communication, se présentant devant la caméra de la MBC comme un progressiste doublé d’un champion du mauricianisme (iii) en provoquant un consensus chez les partis politiques, allant du MMM (ne ratant pas de jouer sur son échiquier préféré avec quelques caresses dans le sens du poil à Bérenger) à Rezistans ek Alternativ (iv) en comblant les attentes d’une nouvelle jeunesse qui ne se reconnaît pas dans l’obligation de faire état de son appartenance ethnique, encore moins sur une liste électorale.

Depuis lundi soir, Ramgoolam peut se vanter d’avoir réuni, autour de sa réforme, plus de voix pour que de voix contre, si ce n’est quelques âmes passéistes dont plusieurs se trouvent d’ailleurs proches du PTr. Certes, tout le monde n’est pas d’accord sur tout et on pourrait débattre sur la pertinence de plusieurs points. À l’exemple de la suggestion d’un tiers de femmes comme candidates alors qu’il y avait la possibilité de faire preuve d’audace en proposant une parité de 50 % (encore que plusieurs s’interrogent sur la pertinence d’un quota qui ne fait pas honneur à l’intelligence des femmes, mais ça, c’est un autre débat, d’autant qu’on pourrait réfuter que ça se saurait si les hommes étaient choisis en fonction de leur compétence).

Mais l’arbre de quelques divergences ne devrait pas nous priver de la vue d’ensemble d’une forêt avide de regarder l’avenir sans visière ethnique. D’où l’importance de saluer ce livre blanc comme un de ces fameux premiers pas nécessaires dans la transformation d’une société, d’un pays rêvant d’une meilleure démocratie, d’un peuple qui, au fond, ne souhaite que d’une fraternelle destinée commune. Et jamais n’a-t-on été aussi proche de l’histoire qu’en ce mois de mars 2014. Et jamais n’a-ton eu l’impression que les politiciens, ensemble avec les citoyens, veulent parler d’une seule voix et dire non à la classification communautariste que nourrit le monstrueux et humiliant Best Loser System (BLS).

Oui, le mérite ne revient pas uniquement à Ramgoolam. Et, certes, s’il n’y avait pas eu l’engagement et les différentes actions de Lalit d’abord, ensuite le combat concret de Rezistans ek Alternativ par voie judiciaire, puis la formidable désobéissance civile du groupe Block 104, on n’en serait peutêtre pas là. Certes, on pourrait penser que sans les exigences des Nations unies, l’aube d’un nouveau jour n’aurait pas pointé. Qu’importe car, pour la première fois, gouvernement et opposition (même le MSM est contraint de dire oui, sa seule option étant le MMM) ne veulent pas rater le rendezvous avec l’histoire, notre histoire. Et les Mauriciens savent que tous sont au commencement d’un nouveau chapitre qui mérite d’être écrit ensemble.

Cela dit, la population est consciente que l’élimination de la classification communale n’aura pas l’effet d’une baguette magique sur les mentalités prisonnières du communalisme ou qui l’entretiennent par intérêt. D’aucuns estiment d’ailleurs que le BLS ne disparaît pas réellement car il est intégré dans la liste de représentation proportionnelle et pourrait donc permettre aux leaders de continuer à faire des choix sur une base communale. Oui, sauf qu’il ne sera plus codifié et il appartiendra également aux leaders de faire montre de leur volonté/ bonne foi. À eux de démontrer que nous allons dans la direction du progrès, de l’avancement. Et si ces leaders du jour manquent de courage, d’autres qui leur succéderont auront la liberté de choisir.

Entre un système qui perpétue le communalisme et un autre qui nous permet de nous présenter comme Mauriciens, une grande majorité de citoyens ont, eux, déjà fait leur choix.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires